Nouvelles recettes

Guide des restaurants de Cinco de Mayo 2012

Guide des restaurants de Cinco de Mayo 2012

Cinco de Mayo est un jour férié pour célébrer l'héritage mexicain, cependant, un peu comme la Saint-Patrick, la plupart des gens considèrent que c'est une excuse pour jeter quelques coups de tequila de plus qu'ils ne le feraient normalement et faire la fête toute la nuit. Pour les âmes qui cherchent à se joindre aux festivités animées, The Daily Meal vous propose ce guide gastronomique national.

, New York City — Cette taqueria du quartier de Murray Hill à Manhattan propose un menu spécial pour célébrer le Cinco de Mayo cette année. Profitez de la musique live, d'un bar ouvert et de plats tels que le Tuna on Crack du restaurant (thon épicé, avocat, concombre et aïoli au chipotle servi avec des chips tortilla), du maïs grillé et une sélection de quesadillas). Places assises à 13h, 15h et 17h. sont de 100 $ par personne et les places assises à 20 h. coûte 125 $ par personne. (Photo avec l'aimable autorisation de Teqa)

La Sandia, Santa Monica, Californie - Les restaurants de Richard Sandoval organisent un Guacamole Fest ce Cinco de Mayo, les festivités comprendront cinq variantes de cette trempette à l'avocat bien-aimée. Les autres restaurants de Sandoval, Pampano et Maya, proposeront également des menus spéciaux ce week-end pour les vacances.

Distrito, Philadelphie - Jose Garces commencera Cinco de Mayo avec un menu de brunch spécial, puis proposera des margaritas à 5 $ et des plats spéciaux tout au long de la journée. Attendez-vous à du maïs sucré avec du queso fresco et de la mayonnaise chipotle, et des nachos avec un steak grillé et des alambres de poulet.

New York Central, New York City - Rendez-vous dans ce restaurant de l'hôtel Grand Hyatt de Manhattan si vous recherchez une expérience culinaire plus raffinée dans ce Cinco de Mayo. Le chef Christian Ragano servira des tacos de crevettes fumées de Floride et la margarita signature du restaurant.

(via Tackle Box), Washington, D.C. - Étant donné que la construction de la dernière entreprise du chef Mike Isabella, Bandolero, prend plus de temps que prévu, il reprend temporairement Tackle Box dans le quartier de Cleveland Park pour tester son nouveau menu d'inspiration mexicaine. Sur Cinco de Mayo, "Bandolero" servira des plats et des boissons à la carte, y compris une sélection de trempettes mexicaines, tacos, enchiladas et margaritas. (Photo gracieuseté de Greg Powers)

El Vez, Philadelphie - Le point chaud mexicain de Stephen Starr organise une fête de quartier Cinco de Mayo qui commence à midi et comprend des margaritas fluides, un DJ et de la musique live, et bien sûr, beaucoup de nourriture pour tout le monde.

Tres, San Francisco — Tres donne le coup d'envoi des festivités du Cinco de Mayo un jour plus tôt avec la lutte de Luchadores mettant en vedette No Name de LIVE 105 en tant que capitaine Insaneo et les Chicano Flames pour "Quatro De Mayhem". Regardez l'action et profitez d'un bar à tacos gratuit pendant la première heure de l'événement. Pendant les vacances, le restaurant et le bar proposeront toute la journée une sélection de leurs spécialités maison ainsi que des spécialités de tequila et de bière.

Chien fou et haricots

, New York City - Rendez-vous sur Stone Street dans le quartier financier de Manhattan pour une célébration scandaleuse du Cinco de Mayo organisée par Mad Dog & Beans. Ils ont prévu un week-end extravagant de festivités, y compris divers prix et tombolas (vous pourriez gagner une carte-cadeau de restaurant, un iPad ou même des vacances). Ils s'associent à Patrón et Dos Equis pour proposer des boissons spéciales en plus de leur menu de spécialités mexicaines. (Photo gracieuseté de Facebook/Mad Dog & Beans)

Mad Mex, Philadelphie - La célébration à Mad Mex démarre avec "Breakfast Mex", qui propose une sélection de plats mexicains authentiques pour bien commencer la journée. Cela est suivi de 5 $ de traites Dos Equis toute la journée, ainsi que d'autres promotions sur la nourriture et les boissons. Participez pour courir la chance de gagner un an de nourriture et de boissons gratuites chez Mad Mex.

, La Nouvelle-Orléans — Arrêtez-vous à la Cinco de Mayo Block Party annuelle de Superior Grill pour une célébration de vacances unique. Dégustez du guacamole, de la salsa et de nombreux tacos, ainsi que des margaritas et des bières bon marché. Le divertissement sera assuré par un certain nombre de groupes locaux. (Photo gracieuseté de Facebook/Superior Grill)

Poquitos, Seattle - En plus d'offrir son menu complet de plats mexicains authentiques toute la journée, Poquitos lancera également sa dernière bière d'Elysian Brewing, "Hombre" Mexican Lager.


Le secret pour faire une michelada, le parfait rafraîchissement Cinco de Mayo

Une michelada est le rafraîchissement parfait pour Cinco de Mayo.

C'était un homme bon enfant à la poitrine généreuse qui suintait de la testostérone et respirait comme si chaque bouffée d'air était une haleine purificatrice. Il avait une voix graveleuse, et après avoir grogné une phrase, il répétait l'essentiel de ce qu'il venait de dire. Au Seinfeld ils auraient pu l'appeler le Twice Talker ou le Double Speaker, mais dans la cour des caddys, nous l'avons appelé Rob Kaufman Rob Kaufman le gars qui dit tout deux fois deux fois.*

Rob Kaufman Rob Kaufman avait quelques doozies dans son arsenal. Quand un putt était court, il se grondait lui-même et la balle avec une acclamation entraînante utilisée par les fans de l'équipe d'un lycée local. « Un peu plus fort, Penn Charter ! Un peu har-der!”**

Si Rob Kaufman Rob Kaufman a fumé un drive, sa phraséologie robuste, soudainement et alors que la balle était en vol, s'est déplacée au sud de la frontière. "rale ! rale !" (Traduction: Allons y! ou Bien! Faites votre choix.) Très récemment, j'étais en train de rire en pensant à cette ligne quand il m'est venu à l'esprit que Cinco de Mayo approchait, ce qui m'a fait penser à un autre surnom : Redeye, qui est lui-même un surnom pour une michelada. , une boisson originaire du Mexique.

Le prénom de Redeye est Vince, mais ses frères et sœurs et de nombreux vieux amis l'appellent Bud. Pour sa femme, il est rouge, car il a les cheveux roux. Il était parfois appelé Redeye par d'autres enfants accrochés au coin de Philly, mais cette version de son surnom est devenue plus largement utilisée lorsque le père d'un ami a noté qu'il était un joueur de fléchettes deadeye, et Red plus deadeye est égal à Redeye. Puis vint le tournoi de golf.

Un lundi de 1970, Bud a organisé une petite sortie de golf pour certains des garçons du coin. C'était le jour du drapeau, et Bud venait d'être libéré de l'armée américaine, où il avait été ranger et avait servi au Vietnam jusqu'à ce qu'il y passe une journée particulièrement mauvaise. Il a été ramené chez lui dans un plâtre et aime plaisanter en disant que la première chose que son père a dite en le voyant à l'hôpital était "Je t'ai dit de rejoindre la Marine".

Il m'a raconté une fois le moment où il a bu sa première bière alors qu'il était aux États-Unis, dans un bus le transportant à l'hôpital militaire. Il tirait plus de plaisir à parler de cette bière que je n'en ai jamais bu. Bud étant Bud, c'est-à-dire l'une des personnes les plus incroyables que vous puissiez espérer rencontrer, le vrai champion de la sortie était le joueur avec le score le plus élevé. Le prix était une caisse de Schmidt's, une bière de Philadelphie aujourd'hui disparue. Les neuf joueurs ont bu la bière sur le parking. L'un des gars a apporté des balles avec logo en cadeau pour tout le monde : REDEYE OPEN.

Le Redeye a duré 16 ans et, encore une fois, Bud étant Bud, il invitait 20 amis et leur disait de remplir leur quatuor.

Après une brève pause, le Redeye Open est revenu en tant qu'événement père-fils pendant six ans. Je plaisantais avec mon frère Whitey récemment en disant que le Redeye était l'un de nos majors à l'époque. Le trophée Redeye, que Bud a acheté pour 10 $ dans un magasin Goodwill, se trouve sur une étagère dans son garage, à deux portes de la maison que mon père a construite, à côté de ce qui était autrefois le parcours public où j'ai passé d'innombrables heures de mon jeunesse.

Je vais me préparer une michelada ce Cinco de Mayo, et quand ma femme demandera encore une fois à son crétin préféré ce qu'il fait, je dirai: "Faire un œil rouge!"

Il y a autant de façons de faire une michelada que de frapper un mauvais coup de golf. Je vais commencer par garnir un verre de pinte de Tajín, un mélange de piment et de sel. Dans ce verre je déposerai :

> 2 oz de jus de citron vert frais
> 2 onces de sauce piquante (“rale ! rale !”)
> 1 cuillère à café de sauce Worcestershire
> 60 g de jus de tomate
> 1 bouteille de Coronita (ou Corona Premier si vous avez envie)

Les recettes de michelada hardcore ignorent le jus de tomate, mais j'aime la couleur qu'il ajoute. Tout en buvant mon Redeye, je penserai à quelque chose que Bud dit à propos de ses différents surnoms. « Ce n'est pas vraiment important pour moi comment les gens m'appellent », dit-il. "Tant qu'ils sourient."

*Nom changé pour protéger les innocents tout en préservant la cadence du surnom.

**Les enfants de la sitcom Les Goldberg fréquentez la William Penn Charter School, bien que – un autre changement de nom! – dans la série, cela s'appelle William Penn Academy.

De gauche à droite : Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

La cerveza et la tequila sont les pierres angulaires de la célébration du Cinco de Mayo (ainsi que de la nourriture qui tue – du maïs de rue mexicain grillé à coup sûr !). Le coup de tequila classique, bien sûr, demande d'abord le léchage du sel pour atténuer la brûlure de la liqueur (deuxièmement), et la succion du citron vert complète la saveur. Si vous cherchez à changer un peu les choses, essayez-en quelques-unes. Commencez toujours par une bonne tequila, sinon pourquoi s'embêter ?

1. Sangrita : Vous aurez besoin de deux verres à liqueur pour cela. Remplissez-en un avec de la tequila. Ensuite, dans votre shaker, mélangez de la glace, 1 oz de jus d'orange frais, 3/4 oz de jus de citron vert frais, 1/2 oz de grenadine et plusieurs traits de sauce piquante, mais pas plus de cinq. Secouez ce truc ! Verser dans un autre verre. Tirez sur la tequila, poursuivez avec la sangrita. La vida es buena !

2. Tireur de litchi : Mettez de la glace dans ce shaker et versez 3/4 oz de liqueur de litchi et la même de tequila blanco. Secouez ce truc ! Renvoyez-le ! La vida es dulce!

3. Feu de prairie au Texas : Versez un shot de tequila et quelques traits de sauce piquante au goût. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Drapeau mexicain : Vous aurez besoin d'une cuillère pour cela. Versez 1/3 oz de grenadine dans votre verre, puis flottez 1/3 oz de tequila, puis 1/3 oz de crème de menthe. Pour faire flotter l'alcool, versez-le sur le dos d'une cuillère et laissez-le couler dans le verre. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran pense que ce serait une meilleure idée de célébrer pendant tout le Mayo, pas seulement sur cinco.


Le secret pour faire une michelada, le parfait rafraîchissement Cinco de Mayo

Une michelada est le rafraîchissement parfait pour Cinco de Mayo.

C'était un garçon à la poitrine généreuse et de bonne humeur qui suintait de la testostérone et respirait comme si chaque gorgée d'air était une haleine purificatrice. Il avait une voix graveleuse et, après avoir grogné une phrase, il répétait l'essentiel de ce qu'il venait de dire. Au Seinfeld ils auraient pu l'appeler le Twice Talker ou le Double Speaker, mais dans la cour des caddys, nous l'avons appelé Rob Kaufman Rob Kaufman le gars qui dit tout deux fois deux fois.*

Rob Kaufman Rob Kaufman avait quelques doozies dans son arsenal. Quand un putt était court, il se grondait lui-même et la balle avec une acclamation entraînante utilisée par les fans de l'équipe d'un lycée local. « Un peu plus fort, Penn Charter ! Un peu de har-der!”**

Si Rob Kaufman Rob Kaufman a fumé un drive, sa phraséologie robuste, soudainement et alors que la balle était en vol, s'est déplacée au sud de la frontière. "rale ! rale !" (Traduction: Allons y! ou Bien! Faites votre choix.) Très récemment, j'étais en train de rire en pensant à cette ligne quand il m'est venu à l'esprit que Cinco de Mayo approchait, ce qui m'a fait penser à un autre surnom : Redeye, qui est lui-même un surnom pour une michelada. , une boisson originaire du Mexique.

Le prénom de Redeye est Vince, mais ses frères et sœurs et de nombreux vieux amis l'appellent Bud. Pour sa femme, il est rouge, car il a les cheveux roux. Il était parfois appelé Redeye par d'autres enfants accrochés au coin de Philly, mais cette version de son surnom est devenue plus largement utilisée lorsque le père d'un ami a noté qu'il était un joueur de fléchettes deadeye, et Red plus deadeye est égal à Redeye. Puis vint le tournoi de golf.

Un lundi de 1970, Bud a organisé une petite sortie de golf pour certains des garçons du coin. C'était le jour du drapeau, et Bud venait d'être libéré de l'armée américaine, où il avait été ranger et avait servi au Vietnam jusqu'à ce qu'il y passe une journée particulièrement mauvaise. Il a été ramené chez lui dans un plâtre et aime plaisanter en disant que la première chose que son père a dite en le voyant à l'hôpital était "Je t'ai dit de rejoindre la Marine".

Il m'a raconté une fois le moment où il a bu sa première bière alors qu'il était aux États-Unis, dans un bus le transportant à l'hôpital militaire. Il tirait plus de plaisir à parler de cette bière que je n'en ai jamais bu. Bud étant Bud, c'est-à-dire l'une des personnes les plus incroyables que vous puissiez espérer rencontrer, le vrai champion de la sortie était le joueur avec le score le plus élevé. Le prix était une caisse de Schmidt's, une bière de Philadelphie aujourd'hui disparue. Les neuf joueurs ont bu la bière sur le parking. L'un des gars a apporté des balles avec logo en cadeau pour tout le monde : REDEYE OPEN.

Le Redeye a duré 16 ans et, encore une fois, Bud étant Bud, il invitait 20 amis et leur disait de remplir leur quatuor.

Après une brève pause, le Redeye Open est revenu en tant qu'événement père-fils pendant six ans. Je plaisantais avec mon frère Whitey récemment en disant que le Redeye était l'un de nos majors à l'époque. Le trophée Redeye, que Bud a acheté pour 10 $ dans un magasin Goodwill, se trouve sur une étagère dans son garage, à deux portes de la maison que mon père a construite, à côté de ce qui était autrefois le parcours public où j'ai passé d'innombrables heures de mon jeunesse.

Je vais me préparer une michelada ce Cinco de Mayo, et quand ma femme demandera encore une fois à son crétin préféré ce qu'il fait, je dirai: "Faire un Redeye!"

Il y a autant de façons de faire une michelada que de frapper un mauvais coup de golf. Je vais commencer par garnir un verre de pinte de Tajín, un mélange de piment et de sel. Dans ce verre je déposerai :

> 2 oz de jus de citron vert frais
> 2 onces de sauce piquante (“rale ! rale !”)
> 1 cuillère à café de sauce Worcestershire
> 60 g de jus de tomate
> 1 bouteille de Coronita (ou Corona Premier si vous avez envie)

Les recettes de michelada hardcore ignorent le jus de tomate, mais j'aime la couleur qu'il ajoute. Tout en buvant mon Redeye, je penserai à quelque chose que Bud dit à propos de ses différents surnoms. « Ce n'est pas vraiment important pour moi comment les gens m'appellent », dit-il. "Tant qu'ils sourient."

*Nom changé pour protéger les innocents tout en préservant la cadence du surnom.

**Les enfants de la sitcom Les Goldberg fréquentez la William Penn Charter School, bien que – un autre changement de nom! – dans la série, cela s'appelle William Penn Academy.

De gauche à droite : Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

La cerveza et la tequila sont les pierres angulaires de la célébration du Cinco de Mayo (ainsi que de la nourriture qui tue – du maïs de rue mexicain grillé à coup sûr !). Le coup de tequila classique, bien sûr, nécessite d'abord le léchage du sel pour atténuer la brûlure de la liqueur (deuxièmement), et la succion du citron vert complète la saveur. Si vous cherchez à changer un peu les choses, essayez-en quelques-unes. Commencez toujours par une bonne tequila, sinon pourquoi s'embêter ?

1. Sangrita : Vous aurez besoin de deux verres à liqueur pour cela. Remplissez-en un avec de la tequila. Ensuite, dans votre shaker, mélangez de la glace, 1 oz de jus d'orange frais, 3/4 oz de jus de citron vert frais, 1/2 oz de grenadine et plusieurs traits de sauce piquante, mais pas plus de cinq. Secoue ce truc ! Verser dans un autre verre. Tirez sur la tequila, poursuivez avec la sangrita. La vida es buena !

2. Tireur de litchi : Mettez de la glace dans ce shaker et versez 3/4 oz de liqueur de litchi et la même de tequila blanco. Secouez ce truc ! Renvoyez-le ! La vida es dulce!

3. Feu de prairie au Texas : Versez un shot de tequila et quelques traits de sauce piquante au goût. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Drapeau mexicain : Vous aurez besoin d'une cuillère pour cela. Versez 1/3 oz de grenadine dans votre verre, puis flottez 1/3 oz de tequila, puis 1/3 oz de crème de menthe. Pour faire flotter l'alcool, versez-le sur le dos d'une cuillère et laissez-le couler dans le verre. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran pense que ce serait une meilleure idée de célébrer pendant tout le Mayo, pas seulement sur cinco.


Le secret pour faire une michelada, le parfait rafraîchissement Cinco de Mayo

Une michelada est le rafraîchissement parfait pour Cinco de Mayo.

C'était un garçon à la poitrine généreuse et de bonne humeur qui suintait de la testostérone et respirait comme si chaque gorgée d'air était une haleine purificatrice. Il avait une voix graveleuse, et après avoir grogné une phrase, il répétait l'essentiel de ce qu'il venait de dire. Au Seinfeld ils auraient pu l'appeler le Twice Talker ou le Double Speaker, mais dans la cour des caddys, nous l'avons appelé Rob Kaufman Rob Kaufman le gars qui dit tout deux fois deux fois.*

Rob Kaufman Rob Kaufman avait quelques doozies dans son arsenal. Quand un putt était court, il se grondait lui-même et la balle avec une acclamation entraînante utilisée par les fans de l'équipe d'un lycée local. « Un peu plus fort, Penn Charter ! Un peu de har-der!”**

Si Rob Kaufman Rob Kaufman a fumé un drive, sa phraséologie robuste, soudainement et alors que la balle était en vol, s'est déplacée au sud de la frontière. "rale ! rale !" (Traduction: Allons y! ou Bien! Faites votre choix.) Très récemment, j'étais en train de rire en pensant à cette ligne quand il m'est venu à l'esprit que Cinco de Mayo approchait, ce qui m'a fait penser à un autre surnom : Redeye, qui est lui-même un surnom pour une michelada. , une boisson originaire du Mexique.

Le prénom de Redeye est Vince, mais ses frères et sœurs et de nombreux vieux amis l'appellent Bud. Pour sa femme, il est rouge, car il a les cheveux roux. Il était parfois appelé Redeye par d'autres enfants accrochés au coin de Philly, mais cette version de son surnom est devenue plus largement utilisée lorsque le père d'un ami a noté qu'il était un joueur de fléchettes deadeye, et Red plus deadeye est égal à Redeye. Puis vint le tournoi de golf.

Un lundi de 1970, Bud a organisé une petite sortie de golf pour certains des garçons du coin. C'était le jour du drapeau, et Bud venait d'être libéré de l'armée américaine, où il avait été ranger et avait servi au Vietnam jusqu'à ce qu'il y passe une journée particulièrement mauvaise. Il a été ramené chez lui dans un plâtre et aime plaisanter en disant que la première chose que son père a dite en le voyant à l'hôpital était "Je t'ai dit de rejoindre la Marine".

Il m'a raconté une fois le moment où il a bu sa première bière alors qu'il était aux États-Unis, dans un bus le transportant à l'hôpital militaire. Il tirait plus de plaisir à parler de cette bière que je n'en ai jamais bu. Bud étant Bud, c'est-à-dire l'une des personnes les plus incroyables que vous puissiez espérer rencontrer, le vrai champion de la sortie était le joueur avec le score le plus élevé. Le prix était une caisse de Schmidt's, une bière de Philadelphie aujourd'hui disparue. Les neuf joueurs ont bu la bière sur le parking. L'un des gars a apporté des balles avec logo en cadeau pour tout le monde : REDEYE OPEN.

Le Redeye a duré 16 ans et, encore une fois, Bud étant Bud, il invitait 20 amis et leur disait de remplir leur quatuor.

Après une brève pause, le Redeye Open est revenu en tant qu'événement père-fils pendant six ans. Je plaisantais avec mon frère Whitey récemment en disant que le Redeye était l'un de nos majors à l'époque. Le trophée Redeye, que Bud a acheté pour 10 $ dans un magasin Goodwill, se trouve sur une étagère dans son garage, à deux portes de la maison que mon père a construite, à côté de ce qui était autrefois le parcours public où j'ai passé d'innombrables heures de mon jeunesse.

Je vais me préparer une michelada ce Cinco de Mayo, et quand ma femme demandera encore une fois à son crétin préféré ce qu'il fait, je dirai: "Faire un œil rouge!"

Il y a autant de façons de faire une michelada que de frapper un mauvais coup de golf. Je vais commencer par garnir un verre de pinte de Tajín, un mélange de piment et de sel. Dans ce verre je déposerai :

> 2 oz de jus de citron vert frais
> 2 onces de sauce piquante (“rale ! rale !”)
> 1 cuillère à café de sauce Worcestershire
> 60 g de jus de tomate
> 1 bouteille de Coronita (ou Corona Premier si vous avez envie)

Les recettes de michelada hardcore ignorent le jus de tomate, mais j'aime la couleur qu'il ajoute. Tout en buvant mon Redeye, je penserai à quelque chose que Bud dit à propos de ses différents surnoms. « Ce n'est pas vraiment important pour moi comment les gens m'appellent », dit-il. "Tant qu'ils sourient."

*Nom changé pour protéger les innocents tout en préservant la cadence du surnom.

**Les enfants de la sitcom Les Goldberg fréquentez la William Penn Charter School, bien que – un autre changement de nom! – dans la série, cela s'appelle William Penn Academy.

De gauche à droite : Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

La cerveza et la tequila sont les pierres angulaires de la célébration du Cinco de Mayo (ainsi que de la nourriture qui tue – du maïs de rue mexicain grillé à coup sûr !). Le coup de tequila classique, bien sûr, nécessite d'abord le léchage du sel pour atténuer la brûlure de la liqueur (deuxièmement), et la succion du citron vert complète la saveur. Si vous cherchez à changer un peu les choses, essayez-en quelques-unes. Commencez toujours par une bonne tequila, sinon pourquoi s'embêter ?

1. Sangrita : Vous aurez besoin de deux verres à liqueur pour cela. Remplissez-en un avec de la tequila. Ensuite, dans votre shaker, mélangez de la glace, 1 oz de jus d'orange frais, 3/4 oz de jus de citron vert frais, 1/2 oz de grenadine et plusieurs traits de sauce piquante, mais pas plus de cinq. Secoue ce truc ! Verser dans un autre verre. Tirez sur la tequila, poursuivez avec la sangrita. La vida es buena !

2. Tireur de litchi : Mettez de la glace dans ce shaker et versez 3/4 oz de liqueur de litchi et la même de tequila blanco. Secouez ce truc ! Renvoyez-le ! La vida es dulce!

3. Feu de prairie au Texas : Versez un shot de tequila et quelques traits de sauce piquante au goût. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Drapeau mexicain : Vous aurez besoin d'une cuillère pour cela. Versez 1/3 oz de grenadine dans votre verre, puis flottez 1/3 oz de tequila, puis 1/3 oz de crème de menthe. Pour faire flotter l'alcool, versez-le sur le dos d'une cuillère et laissez-le couler dans le verre. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran pense que ce serait une meilleure idée de célébrer pendant tout le Mayo, pas seulement sur cinco.


Le secret pour faire une michelada, le parfait rafraîchissement Cinco de Mayo

Une michelada est le rafraîchissement parfait pour Cinco de Mayo.

C'était un homme bon enfant à la poitrine généreuse qui suintait de la testostérone et respirait comme si chaque bouffée d'air était une haleine purificatrice. Il avait une voix graveleuse et, après avoir grogné une phrase, il répétait l'essentiel de ce qu'il venait de dire. Au Seinfeld ils auraient pu l'appeler le Twice Talker ou le Double Speaker, mais dans la cour des caddys, nous l'avons appelé Rob Kaufman Rob Kaufman le gars qui dit tout deux fois deux fois.*

Rob Kaufman Rob Kaufman avait quelques doozies dans son arsenal. Quand un putt était court, il se grondait lui-même et la balle avec une acclamation entraînante utilisée par les fans de l'équipe d'un lycée local. « Un peu plus fort, Penn Charter ! Un peu de har-der!”**

Si Rob Kaufman Rob Kaufman a fumé un drive, sa phraséologie robuste, soudainement et alors que la balle était en vol, s'est déplacée au sud de la frontière. "rale ! rale !" (Traduction: Allons y! ou Bien! Faites votre choix.) Très récemment, j'étais en train de rire en pensant à cette ligne quand il m'est venu à l'esprit que Cinco de Mayo approchait, ce qui m'a fait penser à un autre surnom : Redeye, qui est lui-même un surnom pour une michelada. , une boisson originaire du Mexique.

Le prénom de Redeye est Vince, mais ses frères et sœurs et de nombreux vieux amis l'appellent Bud. Pour sa femme, il est rouge, car il a les cheveux roux. Il était parfois appelé Redeye par d'autres enfants accrochés au coin de Philly, mais cette version de son surnom est devenue plus largement utilisée lorsque le père d'un ami a noté qu'il était un joueur de fléchettes deadeye, et Red plus deadeye est égal à Redeye. Puis vint le tournoi de golf.

Un lundi de 1970, Bud a organisé une petite sortie de golf pour certains des garçons du coin. C'était le jour du drapeau, et Bud venait d'être libéré de l'armée américaine, où il avait été ranger et avait servi au Vietnam jusqu'à ce qu'il y passe une journée particulièrement mauvaise. Il a été ramené chez lui dans un plâtre et aime plaisanter en disant que la première chose que son père a dite en le voyant à l'hôpital était "Je t'ai dit de rejoindre la Marine".

Il m'a raconté une fois le moment où il a bu sa première bière alors qu'il était aux États-Unis, dans un bus le transportant à l'hôpital militaire. Il tirait plus de plaisir à parler de cette bière que je n'en ai jamais bu. Bud étant Bud, c'est-à-dire l'une des personnes les plus incroyables que vous puissiez espérer rencontrer, le vrai champion de la sortie était le joueur avec le score le plus élevé. Le prix était une caisse de Schmidt's, une bière de Philadelphie aujourd'hui disparue. Les neuf joueurs ont bu la bière sur le parking. L'un des gars a apporté des balles avec logo en cadeau pour tout le monde : REDEYE OPEN.

Le Redeye a duré 16 ans et, encore une fois, Bud étant Bud, il invitait 20 amis et leur disait de remplir leur quatuor.

Après une brève pause, le Redeye Open est revenu en tant qu'événement père-fils pendant six ans. Je plaisantais avec mon frère Whitey récemment en disant que le Redeye était l'un de nos majors à l'époque. Le trophée Redeye, que Bud a acheté pour 10 $ dans un magasin Goodwill, se trouve sur une étagère dans son garage, à deux portes de la maison que mon père a construite, à côté de ce qui était autrefois le parcours public où j'ai passé d'innombrables heures de mon jeunesse.

Je vais me préparer une michelada ce Cinco de Mayo, et quand ma femme demandera encore une fois à son crétin préféré ce qu'il fait, je dirai: "Faire un Redeye!"

Il y a autant de façons de faire une michelada que de frapper un mauvais coup de golf. Je vais commencer par garnir un verre de pinte de Tajín, un mélange de piment et de sel. Dans ce verre je déposerai :

> 2 oz de jus de citron vert frais
> 2 onces de sauce piquante (“rale ! rale !”)
> 1 cuillère à café de sauce Worcestershire
> 60 g de jus de tomate
> 1 bouteille de Coronita (ou Corona Premier si vous avez envie)

Les recettes de michelada hardcore ignorent le jus de tomate, mais j'aime la couleur qu'il ajoute. Tout en buvant mon Redeye, je penserai à quelque chose que Bud dit à propos de ses différents surnoms. « Ce n'est pas vraiment important pour moi comment les gens m'appellent », dit-il. "Tant qu'ils sourient."

*Nom changé pour protéger les innocents tout en préservant la cadence du surnom.

**Les enfants de la sitcom Les Goldberg fréquentez la William Penn Charter School, bien que – un autre changement de nom! – dans la série, cela s'appelle William Penn Academy.

De gauche à droite : Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

La cerveza et la tequila sont les pierres angulaires de la célébration du Cinco de Mayo (ainsi que de la nourriture qui tue – du maïs de rue mexicain grillé à coup sûr !). Le coup de tequila classique, bien sûr, nécessite d'abord le léchage du sel pour atténuer la brûlure de la liqueur (deuxièmement), et la succion du citron vert complète la saveur. Si vous cherchez à changer un peu les choses, essayez-en quelques-unes. Commencez toujours par une bonne tequila, sinon pourquoi s'embêter ?

1. Sangrita : Vous aurez besoin de deux verres à liqueur pour cela. Remplissez-en un avec de la tequila. Ensuite, dans votre shaker, mélangez de la glace, 1 oz de jus d'orange frais, 3/4 oz de jus de citron vert frais, 1/2 oz de grenadine et plusieurs traits de sauce piquante, mais pas plus de cinq. Secoue ce truc ! Verser dans un autre verre. Tirez sur la tequila, poursuivez avec la sangrita. La vida es buena !

2. Tireur de litchi : Mettez de la glace dans ce shaker et versez 3/4 oz de liqueur de litchi et la même de tequila blanco. Secouez ce truc ! Renvoyez-le ! La vida es dulce!

3. Feu de prairie au Texas : Versez un shot de tequila et quelques traits de sauce piquante au goût. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Drapeau mexicain : Vous aurez besoin d'une cuillère pour cela. Versez 1/3 oz de grenadine dans votre verre, puis flottez 1/3 oz de tequila, puis 1/3 oz de crème de menthe. Pour faire flotter l'alcool, versez-le sur le dos d'une cuillère et laissez-le couler dans le verre. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran pense que ce serait une meilleure idée de célébrer pendant tout le Mayo, pas seulement sur cinco.


Le secret pour faire une michelada, le parfait rafraîchissement Cinco de Mayo

Une michelada est le rafraîchissement parfait pour Cinco de Mayo.

C'était un homme bon enfant à la poitrine généreuse qui suintait de la testostérone et respirait comme si chaque bouffée d'air était une haleine purificatrice. Il avait une voix graveleuse et, après avoir grogné une phrase, il répétait l'essentiel de ce qu'il venait de dire. Au Seinfeld ils auraient pu l'appeler le Twice Talker ou le Double Speaker, mais dans la cour des caddys, nous l'avons appelé Rob Kaufman Rob Kaufman le gars qui dit tout deux fois deux fois.*

Rob Kaufman Rob Kaufman avait quelques doozies dans son arsenal. Quand un putt était court, il se grondait lui-même et la balle avec une acclamation entraînante utilisée par les fans de l'équipe d'un lycée local. « Un peu plus fort, Penn Charter ! Un peu de har-der!”**

Si Rob Kaufman Rob Kaufman a fumé un drive, sa phraséologie robuste, soudainement et alors que la balle était en vol, s'est déplacée au sud de la frontière. "rale ! rale !" (Traduction: Allons y! ou Bien! Faites votre choix.) Très récemment, j'étais en train de rire en pensant à cette ligne quand il m'est venu à l'esprit que Cinco de Mayo approchait, ce qui m'a fait penser à un autre surnom : Redeye, qui est lui-même un surnom pour une michelada. , une boisson originaire du Mexique.

Le prénom de Redeye est Vince, mais ses frères et sœurs et de nombreux vieux amis l'appellent Bud. Pour sa femme, il est rouge, car il a les cheveux roux. Il était parfois appelé Redeye par d'autres enfants accrochés au coin de Philly, mais cette version de son surnom est devenue plus largement utilisée lorsque le père d'un ami a noté qu'il était un joueur de fléchettes deadeye, et Red plus deadeye est égal à Redeye. Puis vint le tournoi de golf.

Un lundi de 1970, Bud a organisé une petite sortie de golf pour certains des garçons du coin. C'était le jour du drapeau, et Bud venait d'être libéré de l'armée américaine, où il avait été ranger et avait servi au Vietnam jusqu'à ce qu'il y passe une journée particulièrement mauvaise. Il a été ramené chez lui dans un plâtre et aime plaisanter en disant que la première chose que son père a dite en le voyant à l'hôpital était "Je t'ai dit de rejoindre la Marine".

Il m'a raconté une fois le moment où il a bu sa première bière alors qu'il était aux États-Unis, dans un bus le transportant à l'hôpital militaire. Il tirait plus de plaisir à parler de cette bière que je n'en ai jamais bu. Bud étant Bud, c'est-à-dire l'une des personnes les plus incroyables que vous puissiez espérer rencontrer, le vrai champion de la sortie était le joueur avec le score le plus élevé. Le prix était une caisse de Schmidt's, une bière de Philadelphie aujourd'hui disparue. Les neuf joueurs ont bu la bière sur le parking. L'un des gars a apporté des balles avec logo en cadeau pour tout le monde : REDEYE OPEN.

Le Redeye a duré 16 ans et, encore une fois, Bud étant Bud, il invitait 20 amis et leur disait de remplir leur quatuor.

Après une brève pause, le Redeye Open est revenu en tant qu'événement père-fils pendant six ans. Je plaisantais avec mon frère Whitey récemment en disant que le Redeye était l'un de nos majors à l'époque. Le trophée Redeye, que Bud a acheté pour 10 $ dans un magasin Goodwill, se trouve sur une étagère dans son garage, à deux portes de la maison que mon père a construite, à côté de ce qui était autrefois le parcours public où j'ai passé d'innombrables heures de mon jeunesse.

Je vais me préparer une michelada ce Cinco de Mayo, et quand ma femme demandera encore une fois à son crétin préféré ce qu'il fait, je dirai: "Faire un œil rouge!"

Il y a autant de façons de faire une michelada que de frapper un mauvais coup de golf. Je vais commencer par garnir un verre de pinte de Tajín, un mélange de piment et de sel. Dans ce verre je déposerai :

> 2 oz de jus de citron vert frais
> 2 onces de sauce piquante (“rale ! rale !”)
> 1 cuillère à café de sauce Worcestershire
> 60 g de jus de tomate
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


The secret to making a michelada, the perfect Cinco de Mayo refresher

A michelada is the perfect refresher for Cinco de Mayo.

He was a barrel-chested, good-natured fellow who oozed testosterone and breathed as if every gulp of air was a cleansing breath. He had a gravelly voice, and after growling a sentence he would repeat the gist of what he’d just said. Au Seinfeld they might have called him the Twice Talker or the Double Speaker, but in the caddie yard we called him Rob Kaufman Rob Kaufman the guy who says everything twice twice.*

Rob Kaufman Rob Kaufman had some doozies in his arsenal. When any putt came up just short, he would scold himself and the ball with a rousing cheer used by fans of a local high school’s team. “A little harder, Penn Charter! A little har-der!”**

If Rob Kaufman Rob Kaufman smoked a drive, his robust phraseology, suddenly and while the ball was in flight, shifted south of the border. "¡Órale! ¡Órale!” (Translation: C’mon! ou Alright! Take your pick.) Very recently, I was having a laugh laugh thinking about that line when it occurred to me that Cinco de Mayo is approaching, which in turn prompted a thought about another nickname: Redeye, which itself is a nickname for a michelada, a drink that originated in Mexico.

Redeye’s given name is Vince, but his siblings and many old friends call him Bud. To his wife, he is Red, because he has red hair. He was occasionally called Redeye by other kids hanging on the corner in Philly, but that version of his nickname became more widely used when a friend’s father noted he was a deadeye darts player, and Red plus deadeye equals Redeye. Then came the golf tournament.

On a Monday in 1970, Bud organized a little golf outing for some of the boys from the corner. It was Flag Day, and Bud was newly released from the U.S. Army, where he’d been a Ranger and served in Vietnam until he had an especially bad day there. He was flown home in a body cast and likes to joke that the first thing his father said upon seeing him in the hospital was “I told you to join the Navy.”

He once related to me the moment he had his first beer upon being stateside, on a bus transporting him to the military hospital. He derived more enjoyment from just talking about that beer than I ever have actually drinking one. Bud being Bud, which is to say one of the more amazing people you could ever hope to meet, the real champion of the outing was the player with the highest score. The prize was a case of Schmidt’s, a now-defunct Philadelphia beer. The nine players drank the beer in the parking lot. One of the guys brought along logoed balls as a gift for everyone: REDEYE OPEN.

The Redeye lasted for 16 years, and, again, Bud being Bud, he would invite 20 friends and tell them to fill out their foursome.

After a brief pause, the Redeye Open returned as a father-son event for six years. I was joking with my brother Whitey recently that the Redeye was one of our majors back in the day. The Redeye trophy, which Bud bought for $10 at a Goodwill store, sits on a shelf in his garage, two doors up the road from the house my father built, adjacent to what used to be the public course where I spent countless hours of my youth.

I’m going to mix me up a michelada this Cinco de Mayo, and when my wife yet again asks her favorite moron what he’s doing, I’ll say, “Making a Redeye!”

There are as many ways to make a michelada as there are to hit a bad golf shot. I’m going to start by rimming a pint glass with Tajín, a chili-salt blend. Into that glass I will deposit:

> 2 oz fresh lime juice
> 2 oz hot sauce (“¡Órale! ¡Órale!”)
> 1 tsp Worcestershire sauce
> 2 oz tomato juice
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


The secret to making a michelada, the perfect Cinco de Mayo refresher

A michelada is the perfect refresher for Cinco de Mayo.

He was a barrel-chested, good-natured fellow who oozed testosterone and breathed as if every gulp of air was a cleansing breath. He had a gravelly voice, and after growling a sentence he would repeat the gist of what he’d just said. Au Seinfeld they might have called him the Twice Talker or the Double Speaker, but in the caddie yard we called him Rob Kaufman Rob Kaufman the guy who says everything twice twice.*

Rob Kaufman Rob Kaufman had some doozies in his arsenal. When any putt came up just short, he would scold himself and the ball with a rousing cheer used by fans of a local high school’s team. “A little harder, Penn Charter! A little har-der!”**

If Rob Kaufman Rob Kaufman smoked a drive, his robust phraseology, suddenly and while the ball was in flight, shifted south of the border. "¡Órale! ¡Órale!” (Translation: C’mon! ou Alright! Take your pick.) Very recently, I was having a laugh laugh thinking about that line when it occurred to me that Cinco de Mayo is approaching, which in turn prompted a thought about another nickname: Redeye, which itself is a nickname for a michelada, a drink that originated in Mexico.

Redeye’s given name is Vince, but his siblings and many old friends call him Bud. To his wife, he is Red, because he has red hair. He was occasionally called Redeye by other kids hanging on the corner in Philly, but that version of his nickname became more widely used when a friend’s father noted he was a deadeye darts player, and Red plus deadeye equals Redeye. Then came the golf tournament.

On a Monday in 1970, Bud organized a little golf outing for some of the boys from the corner. It was Flag Day, and Bud was newly released from the U.S. Army, where he’d been a Ranger and served in Vietnam until he had an especially bad day there. He was flown home in a body cast and likes to joke that the first thing his father said upon seeing him in the hospital was “I told you to join the Navy.”

He once related to me the moment he had his first beer upon being stateside, on a bus transporting him to the military hospital. He derived more enjoyment from just talking about that beer than I ever have actually drinking one. Bud being Bud, which is to say one of the more amazing people you could ever hope to meet, the real champion of the outing was the player with the highest score. The prize was a case of Schmidt’s, a now-defunct Philadelphia beer. The nine players drank the beer in the parking lot. One of the guys brought along logoed balls as a gift for everyone: REDEYE OPEN.

The Redeye lasted for 16 years, and, again, Bud being Bud, he would invite 20 friends and tell them to fill out their foursome.

After a brief pause, the Redeye Open returned as a father-son event for six years. I was joking with my brother Whitey recently that the Redeye was one of our majors back in the day. The Redeye trophy, which Bud bought for $10 at a Goodwill store, sits on a shelf in his garage, two doors up the road from the house my father built, adjacent to what used to be the public course where I spent countless hours of my youth.

I’m going to mix me up a michelada this Cinco de Mayo, and when my wife yet again asks her favorite moron what he’s doing, I’ll say, “Making a Redeye!”

There are as many ways to make a michelada as there are to hit a bad golf shot. I’m going to start by rimming a pint glass with Tajín, a chili-salt blend. Into that glass I will deposit:

> 2 oz fresh lime juice
> 2 oz hot sauce (“¡Órale! ¡Órale!”)
> 1 tsp Worcestershire sauce
> 2 oz tomato juice
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


The secret to making a michelada, the perfect Cinco de Mayo refresher

A michelada is the perfect refresher for Cinco de Mayo.

He was a barrel-chested, good-natured fellow who oozed testosterone and breathed as if every gulp of air was a cleansing breath. He had a gravelly voice, and after growling a sentence he would repeat the gist of what he’d just said. Au Seinfeld they might have called him the Twice Talker or the Double Speaker, but in the caddie yard we called him Rob Kaufman Rob Kaufman the guy who says everything twice twice.*

Rob Kaufman Rob Kaufman had some doozies in his arsenal. When any putt came up just short, he would scold himself and the ball with a rousing cheer used by fans of a local high school’s team. “A little harder, Penn Charter! A little har-der!”**

If Rob Kaufman Rob Kaufman smoked a drive, his robust phraseology, suddenly and while the ball was in flight, shifted south of the border. "¡Órale! ¡Órale!” (Translation: C’mon! ou Alright! Take your pick.) Very recently, I was having a laugh laugh thinking about that line when it occurred to me that Cinco de Mayo is approaching, which in turn prompted a thought about another nickname: Redeye, which itself is a nickname for a michelada, a drink that originated in Mexico.

Redeye’s given name is Vince, but his siblings and many old friends call him Bud. To his wife, he is Red, because he has red hair. He was occasionally called Redeye by other kids hanging on the corner in Philly, but that version of his nickname became more widely used when a friend’s father noted he was a deadeye darts player, and Red plus deadeye equals Redeye. Then came the golf tournament.

On a Monday in 1970, Bud organized a little golf outing for some of the boys from the corner. It was Flag Day, and Bud was newly released from the U.S. Army, where he’d been a Ranger and served in Vietnam until he had an especially bad day there. He was flown home in a body cast and likes to joke that the first thing his father said upon seeing him in the hospital was “I told you to join the Navy.”

He once related to me the moment he had his first beer upon being stateside, on a bus transporting him to the military hospital. He derived more enjoyment from just talking about that beer than I ever have actually drinking one. Bud being Bud, which is to say one of the more amazing people you could ever hope to meet, the real champion of the outing was the player with the highest score. The prize was a case of Schmidt’s, a now-defunct Philadelphia beer. The nine players drank the beer in the parking lot. One of the guys brought along logoed balls as a gift for everyone: REDEYE OPEN.

The Redeye lasted for 16 years, and, again, Bud being Bud, he would invite 20 friends and tell them to fill out their foursome.

After a brief pause, the Redeye Open returned as a father-son event for six years. I was joking with my brother Whitey recently that the Redeye was one of our majors back in the day. The Redeye trophy, which Bud bought for $10 at a Goodwill store, sits on a shelf in his garage, two doors up the road from the house my father built, adjacent to what used to be the public course where I spent countless hours of my youth.

I’m going to mix me up a michelada this Cinco de Mayo, and when my wife yet again asks her favorite moron what he’s doing, I’ll say, “Making a Redeye!”

There are as many ways to make a michelada as there are to hit a bad golf shot. I’m going to start by rimming a pint glass with Tajín, a chili-salt blend. Into that glass I will deposit:

> 2 oz fresh lime juice
> 2 oz hot sauce (“¡Órale! ¡Órale!”)
> 1 tsp Worcestershire sauce
> 2 oz tomato juice
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


The secret to making a michelada, the perfect Cinco de Mayo refresher

A michelada is the perfect refresher for Cinco de Mayo.

He was a barrel-chested, good-natured fellow who oozed testosterone and breathed as if every gulp of air was a cleansing breath. He had a gravelly voice, and after growling a sentence he would repeat the gist of what he’d just said. Au Seinfeld they might have called him the Twice Talker or the Double Speaker, but in the caddie yard we called him Rob Kaufman Rob Kaufman the guy who says everything twice twice.*

Rob Kaufman Rob Kaufman had some doozies in his arsenal. When any putt came up just short, he would scold himself and the ball with a rousing cheer used by fans of a local high school’s team. “A little harder, Penn Charter! A little har-der!”**

If Rob Kaufman Rob Kaufman smoked a drive, his robust phraseology, suddenly and while the ball was in flight, shifted south of the border. "¡Órale! ¡Órale!” (Translation: C’mon! ou Alright! Take your pick.) Very recently, I was having a laugh laugh thinking about that line when it occurred to me that Cinco de Mayo is approaching, which in turn prompted a thought about another nickname: Redeye, which itself is a nickname for a michelada, a drink that originated in Mexico.

Redeye’s given name is Vince, but his siblings and many old friends call him Bud. To his wife, he is Red, because he has red hair. He was occasionally called Redeye by other kids hanging on the corner in Philly, but that version of his nickname became more widely used when a friend’s father noted he was a deadeye darts player, and Red plus deadeye equals Redeye. Then came the golf tournament.

On a Monday in 1970, Bud organized a little golf outing for some of the boys from the corner. It was Flag Day, and Bud was newly released from the U.S. Army, where he’d been a Ranger and served in Vietnam until he had an especially bad day there. He was flown home in a body cast and likes to joke that the first thing his father said upon seeing him in the hospital was “I told you to join the Navy.”

He once related to me the moment he had his first beer upon being stateside, on a bus transporting him to the military hospital. He derived more enjoyment from just talking about that beer than I ever have actually drinking one. Bud being Bud, which is to say one of the more amazing people you could ever hope to meet, the real champion of the outing was the player with the highest score. The prize was a case of Schmidt’s, a now-defunct Philadelphia beer. The nine players drank the beer in the parking lot. One of the guys brought along logoed balls as a gift for everyone: REDEYE OPEN.

The Redeye lasted for 16 years, and, again, Bud being Bud, he would invite 20 friends and tell them to fill out their foursome.

After a brief pause, the Redeye Open returned as a father-son event for six years. I was joking with my brother Whitey recently that the Redeye was one of our majors back in the day. The Redeye trophy, which Bud bought for $10 at a Goodwill store, sits on a shelf in his garage, two doors up the road from the house my father built, adjacent to what used to be the public course where I spent countless hours of my youth.

I’m going to mix me up a michelada this Cinco de Mayo, and when my wife yet again asks her favorite moron what he’s doing, I’ll say, “Making a Redeye!”

There are as many ways to make a michelada as there are to hit a bad golf shot. I’m going to start by rimming a pint glass with Tajín, a chili-salt blend. Into that glass I will deposit:

> 2 oz fresh lime juice
> 2 oz hot sauce (“¡Órale! ¡Órale!”)
> 1 tsp Worcestershire sauce
> 2 oz tomato juice
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


The secret to making a michelada, the perfect Cinco de Mayo refresher

A michelada is the perfect refresher for Cinco de Mayo.

He was a barrel-chested, good-natured fellow who oozed testosterone and breathed as if every gulp of air was a cleansing breath. He had a gravelly voice, and after growling a sentence he would repeat the gist of what he’d just said. Au Seinfeld they might have called him the Twice Talker or the Double Speaker, but in the caddie yard we called him Rob Kaufman Rob Kaufman the guy who says everything twice twice.*

Rob Kaufman Rob Kaufman had some doozies in his arsenal. When any putt came up just short, he would scold himself and the ball with a rousing cheer used by fans of a local high school’s team. “A little harder, Penn Charter! A little har-der!”**

If Rob Kaufman Rob Kaufman smoked a drive, his robust phraseology, suddenly and while the ball was in flight, shifted south of the border. "¡Órale! ¡Órale!” (Translation: C’mon! ou Alright! Take your pick.) Very recently, I was having a laugh laugh thinking about that line when it occurred to me that Cinco de Mayo is approaching, which in turn prompted a thought about another nickname: Redeye, which itself is a nickname for a michelada, a drink that originated in Mexico.

Redeye’s given name is Vince, but his siblings and many old friends call him Bud. To his wife, he is Red, because he has red hair. He was occasionally called Redeye by other kids hanging on the corner in Philly, but that version of his nickname became more widely used when a friend’s father noted he was a deadeye darts player, and Red plus deadeye equals Redeye. Then came the golf tournament.

On a Monday in 1970, Bud organized a little golf outing for some of the boys from the corner. It was Flag Day, and Bud was newly released from the U.S. Army, where he’d been a Ranger and served in Vietnam until he had an especially bad day there. He was flown home in a body cast and likes to joke that the first thing his father said upon seeing him in the hospital was “I told you to join the Navy.”

He once related to me the moment he had his first beer upon being stateside, on a bus transporting him to the military hospital. He derived more enjoyment from just talking about that beer than I ever have actually drinking one. Bud being Bud, which is to say one of the more amazing people you could ever hope to meet, the real champion of the outing was the player with the highest score. The prize was a case of Schmidt’s, a now-defunct Philadelphia beer. The nine players drank the beer in the parking lot. One of the guys brought along logoed balls as a gift for everyone: REDEYE OPEN.

The Redeye lasted for 16 years, and, again, Bud being Bud, he would invite 20 friends and tell them to fill out their foursome.

After a brief pause, the Redeye Open returned as a father-son event for six years. I was joking with my brother Whitey recently that the Redeye was one of our majors back in the day. The Redeye trophy, which Bud bought for $10 at a Goodwill store, sits on a shelf in his garage, two doors up the road from the house my father built, adjacent to what used to be the public course where I spent countless hours of my youth.

I’m going to mix me up a michelada this Cinco de Mayo, and when my wife yet again asks her favorite moron what he’s doing, I’ll say, “Making a Redeye!”

There are as many ways to make a michelada as there are to hit a bad golf shot. I’m going to start by rimming a pint glass with Tajín, a chili-salt blend. Into that glass I will deposit:

> 2 oz fresh lime juice
> 2 oz hot sauce (“¡Órale! ¡Órale!”)
> 1 tsp Worcestershire sauce
> 2 oz tomato juice
> 1 bottle Coronita (or Corona Premier if you’re feeling fancy)

Hardcore michelada recipes skip the tomato juice, but I like the color it adds. While cinco de drinko-ing my Redeye, I’ll think about something Bud says regarding his various nicknames. “It’s never really mattered to me what people call me,” he says. “As long as they smile.”

*Name changed to protect the innocent while preserving the cadence of the nickname.

**The kids on the sitcom The Goldbergs attend the William Penn Charter School, although — another name change! — in the show it’s called William Penn Academy.

From left: Shutterstock/Shell114 Getty Images/iSt

Uno Mas

Cerveza and tequila are the cornerstones of celebrating Cinco de Mayo (along with some freakin’ killer food — grilled Mexican street corn for sure!). The classic tequila shot, of course, calls for the lick of the salt first to ease the burn of the liquor (second), and the suck on the lime complements the flavor. If you’re looking to change things up a bit, try some of these. Always start with good tequila, otherwise why bother?

1. Sangrita: You’ll need two shot glasses for this. Fill one with tequila. Then, in your cocktail shaker, combine ice, 1 oz fresh orange juice, 3/4 oz fresh lime juice, 1/2 oz grenadine and several dashes hot sauce, but no more than five. Shake that thang! Pour into other glass. Shoot tequila, chase with sangrita. La vida es buena!

2. Lychee shooter: Put ice in that cocktail shaker, and pour in 3/4 oz lychee liqueur and the same of blanco tequila. Shake that thang! Knock it back! La vida es dulce!

3. Texas prairie fire: Pour a shot of tequila and a few dashes of hot sauce to taste. Mi boca se siente como un millón de soles!

4. Mexican flag: You’ll need a spoon for this. Pour 1/3 oz grenadine into your glass, then float 1/3 oz tequila, then float 1/3 oz creme de menthe. To float the booze, pour it over the back of a spoon and let it drizzle into the glass. Esto no sabe a bandera!

Michael Corcoran thinks it’d be a better idea to celebrate during all of Mayo, not just on cinco.


Voir la vidéo: Restaurant La Table Cinq Marseille (Janvier 2022).