Nouvelles recettes

Explorez le côté moins connu du célèbre lieu de fête, Cabo San Lucas, Mexique

Explorez le côté moins connu du célèbre lieu de fête, Cabo San Lucas, Mexique

Voici cinq destinations qui n'incluent pas de revivre vos vacances de Spring Break

El Arco est l'un des monuments les plus célèbres de Cabo San Lucas.

Cap San Lucas est certainement connu pour sa scène de fête sauvage, mais il y a beaucoup à faire et à voir sans tirer un rageur toute la nuit. Vous n'êtes jamais trop loin de la côte pittoresque, mais beaucoup de gens ne considèrent pas le fait que beaucoup de Les plages du Mexique, bien que magnifique, ne se baigne pas.

Cela dit, si vous cherchez à planifier vous-même de manière transparente une aventure à Cabo San Lucas, consultez CheapCaribbean's site Web où il existe un million de façons différentes de planifier, réserver et payer votre voyage. Outre la possibilité de planifier votre vacances par budget ou par plan de paiement, vous pouvez également parler à une personne réelle pour vous aider étape par étape tout au long du processus.

Ces les pros de la planification des vacances sont les agents de voyages experts de la plage de CheapCaribbean. Chaque « beachologist » est formé sur des destinations précises et peut répondre à toutes vos questions. Comme quelles plages sont les meilleures pour la pêche ou le bronzage ? Quel restaurant a le plus cuisine mexicaine authentique?

J'ai eu l'occasion de faire un tour de ville de Los Cabos via Amstar DMC, et voici les moments forts de la journée (oui, la tequila était de la partie).

Usine de soufflage de verre
Visiter l'usine de soufflage de verre a été une expérience beaucoup plus cool que je pensais au départ. Bien que l'usine soit bouillante (grâce aux foyers ouverts, qui font fondre le verre), regarder ces maîtres chauffer le verre coloré pour créer des œuvres d'art complexes était incroyable. Le verre chauffé était peut-être de la tire étant donné la facilité avec laquelle les artisans étaient capables de tirer et de mouler le matériau chaud en fusion. La boutique était remplie de centaines de différents types d'œuvres d'art en verre soufflé - des figurines, des boucles d'oreilles et des agitateurs à cocktail aux ustensiles de cuisine et aux ornements.

Mission de San José del Cabo
La région de San José del Cabo est riche en culture et met en valeur la belle architecture de cette région. L'un des endroits que nous avons visités était l'Iglesia San José del Cabo, fondée par des prêtres jésuites en 1733. Cette église est magnifique et a été conservée dans sa structure d'origine. Il conserve une façade blanche et crème qui se détache sur le ciel bleu vif et les palmiers. De plus, ce lieu historique est celui où la communauté se rend encore pour célébrer sa foi et sa religion.

Dégustation de tequila
Nous avons continué notre exploration du centre-ville coloré, qui comptait un certain nombre de magasins vendant des articles fabriqués localement, des boulangeries et, bien sûr, des endroits pour goûter et en apprendre davantage sur la tequila. La tequila est partout à Cabo ! Vous pouvez acheter une bouteille dans presque tous les magasins et souvent, vous êtes accueilli dans votre hébergement avec une photo de fête. La plupart des restaurants proposent également une longue liste de tequilas.

Dégustations de tequila ne sont pas seulement d'innombrables plans ; mais plutôt des gorgées de liqueur à base d'agave pour vous permettre de goûter réellement sa qualité et ses saveurs plus complexes. Nous avons essayé el charro blanco, reposado et anejo; Reserva don Armando Cristalino (vieilli et distillé au charbon); Kalore, liqueur de café 20 pour cent d'alcool; tequila sisi aromatisée à la mangue et à la pastèque; ainsi qu'un crémeux et sucré, Santa Clara Rompooe Sabor Nuez (noix de pécan), qui est utilisé dans le flan et le lait de poule pendant les vacances.

Excursion en bateau à fond de verre
L'une de mes activités préférées du voyage a été notre excursion en bateau à fond de verre au cours de laquelle nous nous sommes préparés à la (belle) marina et avons pris la mer pour jeter un coup d'œil aux célèbres formations rocheuses de Land's End, y compris El Arco, l'une des attractions les plus emblématiques de Cabo San Lucas. L'eau est d'un bleu intense et les vues étaient parfaites.

Le bateau a un fond de verre littéral qui vous permet de voir les poissons tropicaux brillants en dessous. Pendant que vous naviguez autour de la mer de Cortez, vous êtes également accueilli par des lions de mer géants qui prennent le soleil. Ces gars sont super sympas ici et sont toujours à la recherche d'une opportunité de se nourrir. Les formations rocheuses sont épiques. Vous avez la possibilité de voir Pelican Rock, Neptune's Finger, Lover's et Divorce Beach. Ma seule suggestion : Apportez de la Dramamine si vous avez tendance à avoir le mal de mer !

Déjeuner à El Coral
Après une journée complète d'aventures, nous nous sommes assis à El Coral dans le centre-ville de Cabo San Lucas et nous nous sommes livrés à une repas de midi mexicain authentique. Le restaurant était très coloré et artistiquement conçu. Du travail de peinture et du design uniques de chaque chaise en bois aux peintures murales recouvrant les murs, c'était un restaurant animé. Nous avons même été bercé par un groupe de mariachis avec guitares et accordéons.


Pour plus d'informations sur les voyages, cliquez ici.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup de

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot «hôtel» ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Le Café Des Artistes du JW Marriott présentait certains des meilleurs restaurants que j'aie jamais connus. L'atmosphère était aussi à la fois apaisante et désarmante. Les verres à eau étaient faits à la main et la salle à manger était couronnée par ce qui semblait être des luminaires en verre soufflé suspendus au plafond. Il y avait un niveau de confort là-bas qui m'a donné envie de plonger dans des cuisines auxquelles je ne me livrerais pas normalement, comme la soupe traditionnelle aux crevettes et à la crème de potiron qui a été ajoutée au menu il y a vingt-six ans par le chef des Artistes, Thierry Blouet. .

Alors que les restaurants nourrissaient mon corps, l'architecture de la région nourrissait mon esprit. Un point culminant architectural était le One&Only Palmilla. Ce charmant endroit a été construit à l'origine en 1956 pour abriter le pilote Don Abelardo Rodríguez, fils d'Abelardo L. Rodríguez, un ancien général de la Révolution mexicaine qui devint plus tard président du Mexique.

Bien que la propriété se soit agrandie depuis les années 50 et ait été acquise par la marque de renommée mondiale One&Only, l'intégrité architecturale a été conservée intacte et les trois structures d'origine construites par Rodríguez restent. J'ai bu près de l'un de ces trois originaux, une magnifique chapelle qui accueille des mariages avec des invités du monde entier. La chapelle est surmontée d'une énorme croix et a la caractéristique unique catholique d'images de saints grotesques ornant le mur extérieur. Cela ressemblait à une scène d'un film sur le Mexique d'autrefois, pas à un édifice tangible que je pouvais atteindre et saisir.

Il n'y a pas assez d'éloges sur les stations balnéaires. Ils fournissent non seulement un service de classe mondiale à leurs clients, mais ils fournissent également un service indispensable aux autres et à l'environnement. Paradisus Los Cabos organise une vente aux enchères d'art tous les vendredis au profit de l'UNICEF et dispose également d'un programme de conservation de la faune qui tente d'augmenter le nombre de tortues marines qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Ceci, et des programmes similaires, ont valu au Mexique un prix dans la catégorie Biodiversité et faune des Premios LatinoAmérica Verde. Ils ont gagné pour leur programme pour la protection, la conservation et la recherche des ressources naturelles et de la faune et le personnel de Paradisus montre fièrement le trophée, fabriqué à partir de matériaux recyclés. Los Cabos est actuellement le seul endroit au monde où des hôtels privés participent aux efforts de conservation - un mariage parfait entre capitalisme et environnementalisme.

J'ai plus de choses positives à dire sur Los Cabos que je n'ai de place dans cet article. Je n'ai même pas commencé à aborder la scène artistique et cinématographique (Intagrafía, une galerie d'art dirigée par Nacho Gallardo dans la région de San José del Cabo, fait un travail incroyable), la scène culinaire décontractée (Pancho's propose un excellent menu pour le déjeuner où vous pouvez boire un verre de tequila de serpent à sonnette) ou la vie nocturne. À tous ceux qui sont curieux de faire un week-end à Los Cabos pour la première fois, j'ai ce conseil : soyez courageux et faites le grand saut.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup de

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot "hôtel" ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Le Café Des Artistes du JW Marriott présentait certains des meilleurs restaurants que j'aie jamais connus. L'atmosphère était aussi à la fois apaisante et désarmante. Les verres à eau étaient faits à la main et la salle à manger était couronnée par ce qui semblait être des luminaires en verre soufflé suspendus au plafond. Il y avait un niveau de confort qui m'a donné envie de plonger dans des cuisines auxquelles je ne me livrerais pas normalement, comme la soupe traditionnelle aux crevettes et à la crème de potiron qui a été ajoutée au menu il y a vingt-six ans par le chef des Artistes Thierry Blouet. .

Alors que les restaurants nourrissaient mon corps, l'architecture de la région nourrissait mon esprit. Un point culminant architectural était le One&Only Palmilla. Ce charmant endroit a été construit à l'origine en 1956 pour abriter le pilote Don Abelardo Rodríguez, fils d'Abelardo L. Rodríguez, un ancien général de la Révolution mexicaine qui devint plus tard président du Mexique.

Bien que la propriété se soit agrandie depuis les années 50 et ait été acquise par la marque de renommée mondiale One&Only, l'intégrité architecturale a été conservée intacte et les trois structures d'origine construites par Rodríguez restent. J'ai bu près de l'un de ces trois originaux, une magnifique chapelle qui accueille des mariages avec des invités du monde entier. La chapelle est surmontée d'une énorme croix et présente la caractéristique unique catholique d'images de saints grotesques ornant le mur extérieur. Cela ressemblait à une scène d'un film sur le Mexique d'autrefois, pas à un édifice tangible que je pouvais atteindre et saisir.

Il n'y a pas assez d'éloges sur les stations balnéaires. Ils fournissent non seulement un service de classe mondiale à leurs clients, mais ils fournissent également un service indispensable aux autres et à l'environnement. Paradisus Los Cabos organise une vente aux enchères d'art tous les vendredis au profit de l'UNICEF et dispose également d'un programme de conservation de la faune qui tente d'augmenter le nombre de tortues marines qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Ceci, et des programmes similaires, ont valu au Mexique un prix dans la catégorie Biodiversité et faune des Premios LatinoAmérica Verde. Ils ont gagné pour leur programme pour la protection, la conservation et la recherche des ressources naturelles et de la faune et le personnel de Paradisus montre fièrement le trophée, fabriqué à partir de matériaux recyclés. Los Cabos est actuellement le seul endroit au monde où des hôtels privés participent aux efforts de conservation - un mariage parfait entre capitalisme et environnementalisme.

J'ai plus de choses positives à dire sur Los Cabos que je n'ai de place dans cet article. Je n'ai même pas commencé à aborder la scène artistique et cinématographique (Intagrafía, une galerie d'art dirigée par Nacho Gallardo dans la région de San José del Cabo, fait un travail incroyable), la scène culinaire décontractée (Pancho's propose un excellent menu pour le déjeuner où vous pouvez boire un verre de tequila au serpent à sonnette) ou la vie nocturne. À tous ceux qui sont curieux de faire un week-end à Los Cabos pour la première fois, j'ai ce conseil : soyez courageux et faites le grand saut.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup de

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot «hôtel» ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Le Café Des Artistes du JW Marriott présentait certains des meilleurs restaurants que j'aie jamais connus. L'atmosphère était aussi à la fois apaisante et désarmante. Les verres à eau étaient faits à la main et la salle à manger était couronnée par ce qui semblait être des luminaires en verre soufflé suspendus au plafond. Il y avait un niveau de confort là-bas qui m'a donné envie de plonger dans des cuisines auxquelles je ne me livrerais pas normalement, comme la soupe traditionnelle aux crevettes et à la crème de potiron qui a été ajoutée au menu il y a vingt-six ans par le chef des Artistes, Thierry Blouet. .

Alors que les restaurants nourrissaient mon corps, l'architecture du quartier nourrissait mon esprit. Un point culminant architectural était le One&Only Palmilla. Ce charmant endroit a été construit à l'origine en 1956 pour abriter le pilote Don Abelardo Rodríguez, fils d'Abelardo L. Rodríguez, un ancien général de la Révolution mexicaine qui devint plus tard président du Mexique.

Bien que la propriété se soit agrandie depuis les années 50 et ait été acquise par la marque de renommée mondiale One&Only, l'intégrité architecturale a été conservée intacte et les trois structures d'origine construites par Rodríguez restent. J'ai bu près de l'un de ces trois originaux, une magnifique chapelle qui accueille des mariages avec des invités du monde entier. La chapelle est surmontée d'une énorme croix et présente la caractéristique unique catholique d'images de saints grotesques ornant le mur extérieur. Cela ressemblait à une scène d'un film sur le Mexique d'autrefois, pas à un édifice tangible que je pouvais atteindre et saisir.

Il n'y a pas assez d'éloges sur les stations balnéaires. Ils fournissent non seulement un service de classe mondiale à leurs clients, mais ils fournissent également un service indispensable aux autres et à l'environnement. Paradisus Los Cabos organise une vente aux enchères d'art tous les vendredis au profit de l'UNICEF et dispose également d'un programme de conservation de la faune qui tente d'augmenter le nombre de tortues marines qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Ceci, et des programmes similaires, ont valu au Mexique un prix dans la catégorie Biodiversité et faune des Premios LatinoAmérica Verde. Ils ont gagné pour leur programme pour la protection, la conservation et la recherche des ressources naturelles et de la faune et le personnel de Paradisus montre fièrement le trophée, fabriqué à partir de matériaux recyclés. Los Cabos est actuellement le seul endroit au monde où des hôtels privés participent aux efforts de conservation - un mariage parfait entre capitalisme et environnementalisme.

J'ai plus de choses positives à dire sur Los Cabos que je n'ai de place dans cet article. Je n'ai même pas commencé à aborder la scène artistique et cinématographique (Intagrafía, une galerie d'art dirigée par Nacho Gallardo dans la région de San José del Cabo, fait un travail incroyable), la scène culinaire décontractée (Pancho's propose un excellent menu pour le déjeuner où vous pouvez boire un verre de tequila au serpent à sonnette) ou la vie nocturne. À tous ceux qui sont curieux de faire un week-end à Los Cabos pour la première fois, j'ai ce conseil : soyez courageux et faites le grand saut.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot "hôtel" ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Le Café Des Artistes du JW Marriott présentait certains des meilleurs restaurants que j'aie jamais connus. L'atmosphère était aussi à la fois apaisante et désarmante. Les verres à eau étaient faits à la main et la salle à manger était couronnée par ce qui semblait être des luminaires en verre soufflé suspendus au plafond. Il y avait un niveau de confort là-bas qui m'a donné envie de plonger dans des cuisines auxquelles je ne me livrerais pas normalement, comme la soupe traditionnelle aux crevettes et à la crème de potiron qui a été ajoutée au menu il y a vingt-six ans par le chef des Artistes, Thierry Blouet. .

Alors que les restaurants nourrissaient mon corps, l'architecture du quartier nourrissait mon esprit. Un point culminant architectural était le One&Only Palmilla. Ce charmant endroit a été construit à l'origine en 1956 pour abriter le pilote Don Abelardo Rodríguez, fils d'Abelardo L. Rodríguez, un ancien général de la Révolution mexicaine qui devint plus tard président du Mexique.

Bien que la propriété se soit agrandie depuis les années 50 et ait été acquise par la marque de renommée mondiale One&Only, l'intégrité architecturale a été conservée intacte et les trois structures d'origine construites par Rodríguez restent. J'ai bu près de l'un de ces trois originaux, une magnifique chapelle qui accueille des mariages avec des invités du monde entier. La chapelle est surmontée d'une énorme croix et présente la caractéristique unique catholique d'images de saints grotesques ornant le mur extérieur. Cela ressemblait à une scène d'un film sur le Mexique d'autrefois, pas à un édifice tangible que je pouvais atteindre et saisir.

Il n'y a pas assez d'éloges sur les stations balnéaires. Ils fournissent non seulement un service de classe mondiale à leurs clients, mais ils fournissent également un service indispensable aux autres et à l'environnement. Paradisus Los Cabos organise une vente aux enchères d'art tous les vendredis au profit de l'UNICEF et dispose également d'un programme de conservation de la faune qui tente d'augmenter le nombre de tortues marines qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Ceci, et des programmes similaires, ont valu au Mexique un prix dans la catégorie Biodiversité et faune des Premios LatinoAmérica Verde. Ils ont gagné pour leur programme pour la protection, la conservation et la recherche des ressources naturelles et de la faune et le personnel de Paradisus montre fièrement le trophée, fabriqué à partir de matériaux recyclés. Los Cabos est actuellement le seul endroit au monde où des hôtels privés participent aux efforts de conservation - un mariage parfait entre capitalisme et environnementalisme.

J'ai plus de choses positives à dire sur Los Cabos que je n'ai de place dans cet article. Je n'ai même pas commencé à aborder la scène artistique et cinématographique (Intagrafía, une galerie d'art dirigée par Nacho Gallardo dans la région de San José del Cabo, fait un travail incroyable), la scène culinaire décontractée (Pancho's propose un excellent menu pour le déjeuner où vous pouvez boire un verre de tequila de serpent à sonnette) ou la vie nocturne. À tous ceux qui sont curieux de faire un week-end à Los Cabos pour la première fois, j'ai ce conseil : soyez courageux et faites le grand saut.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup de

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot «hôtel» ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Le Café Des Artistes du JW Marriott présentait certains des meilleurs restaurants que j'aie jamais connus. L'atmosphère était aussi à la fois apaisante et désarmante. Les verres à eau étaient faits à la main et la salle à manger était couronnée par ce qui semblait être des luminaires en verre soufflé suspendus au plafond. Il y avait un niveau de confort là-bas qui m'a donné envie de plonger dans des cuisines auxquelles je ne me livrerais pas normalement, comme la soupe traditionnelle aux crevettes et à la crème de potiron qui a été ajoutée au menu il y a vingt-six ans par le chef des Artistes, Thierry Blouet. .

Alors que les restaurants nourrissaient mon corps, l'architecture de la région nourrissait mon esprit. Un point culminant architectural était le One&Only Palmilla. Ce charmant endroit a été construit à l'origine en 1956 pour abriter le pilote Don Abelardo Rodríguez, fils d'Abelardo L. Rodríguez, un ancien général de la Révolution mexicaine qui devint plus tard président du Mexique.

Bien que la propriété se soit agrandie depuis les années 50 et ait été acquise par la marque de renommée mondiale One&Only, l'intégrité architecturale a été conservée intacte et les trois structures d'origine construites par Rodríguez restent. J'ai bu près de l'un de ces trois originaux, une magnifique chapelle qui accueille des mariages avec des invités du monde entier. La chapelle est surmontée d'une énorme croix et a la caractéristique unique catholique d'images de saints grotesques ornant le mur extérieur. Cela ressemblait à une scène d'un film sur le Mexique d'autrefois, pas à un édifice tangible que je pouvais atteindre et saisir.

Il n'y a pas assez d'éloges sur les stations balnéaires. Ils fournissent non seulement un service de classe mondiale à leurs clients, mais ils fournissent également un service indispensable aux autres et à l'environnement. Paradisus Los Cabos organise une vente aux enchères d'art tous les vendredis au profit de l'UNICEF et dispose également d'un programme de conservation de la faune qui tente d'augmenter le nombre de tortues marines qui survivent jusqu'à l'âge adulte. Ceci, et des programmes similaires, ont valu au Mexique un prix dans la catégorie Biodiversité et faune des Premios LatinoAmérica Verde. Ils ont gagné pour leur programme pour la protection, la conservation et la recherche des ressources naturelles et de la faune et le personnel de Paradisus montre fièrement le trophée, fabriqué à partir de matériaux recyclés. Los Cabos est actuellement le seul endroit au monde où des hôtels privés participent aux efforts de conservation - un mariage parfait entre capitalisme et environnementalisme.

J'ai plus de choses positives à dire sur Los Cabos que je n'ai de place dans cet article. Je n'ai même pas commencé à aborder la scène artistique et cinématographique (Intagrafía, une galerie d'art dirigée par Nacho Gallardo dans la région de San José del Cabo, fait un travail incroyable), la scène culinaire décontractée (Pancho's propose un excellent menu pour le déjeuner où vous pouvez boire un verre de tequila au serpent à sonnette) ou la vie nocturne. À tous ceux qui sont curieux de faire un week-end à Los Cabos pour la première fois, j'ai ce conseil : soyez courageux et faites le grand saut.


Soyez courageux et attrapez la vague de Cabo

Il y avait quelque chose dans l'air chaud de Cabo qui me rendait courageuse. Je me tenais au bord du catamaran « Cabo Wave » dans mon nouveau maillot de bain et mon gilet de sauvetage. Pour une raison quelconque, je n'avais pas réalisé jusqu'à cette minute que j'allais devoir sauter si je voulais faire de la plongée avec tuba. Je n'avais jamais fait de snorkeling auparavant et d'habitude, je ne suis pas un sauteur. Je suis un gros orteil dans le type de personne de l'eau. Je ne regarde pas avant de sauter – je ne saute pas. J'ai réfléchi à mes options. Je pourrais retourner sur le pont supérieur du bateau et prendre une margarita. Je pouvais feindre la maladie. Personne de mon groupe ne faisait attention à moi, le dernier à se mettre à l'eau. Je pourrais facilement faire l'un ou l'autre. Ou, je pourrais affronter la peur et simplement sauter du bateau. Je pris une profonde inspiration, levai mes pieds du pont mouillé du bateau et me jetai en avant.

Vingt-quatre heures plus tôt, j'étais dans un avion, enthousiasmé par mon premier voyage en Basse-Californie du Sud, et plus précisément à Los Cabos. J'étais déjà allé au Mexique plusieurs fois auparavant, mais c'était une toute nouvelle aventure pour moi. Il se trouve que je visitais le lieu de vacances pendant le sixième Festival international du film de Los Cabos, une célébration du cinéma nord-américain mettant l'accent sur des projets des États-Unis, du Mexique et du Canada, alors je savais qu'il y aurait beaucoup

Alors que nous volions vers le sud pendant une brève période de trois heures, j'ai pu voir les caps pour lesquels la région avait été nommée. On m'a dit que Los Cabos n'était qu'une plage reliée par un tas d'hôtels, mais j'ai découvert que c'était tellement plus. Le mot «hôtel» ne commence même pas à couvrir les établissements que j'ai rencontrés. J'ai séjourné au Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, un complexe tout compris réservé aux adultes qui ne ressemble à aucun autre. En plus de ses logements luxueux et de ses restaurants gastronomiques, ils organisaient des activités de groupe comme l'aquagym et des événements comme une soirée casino et une nuit de la culture mexicaine qui comprenait la danse du feu.

Café Des Artistes at the JW Marriott featured some of the finest dining I have experienced. The atmosphere was also at once both calming and disarming. The water glasses were handmade and the dining area was crowned by what appeared to be hand-blown glass fixtures hanging from the ceiling. There was a level of comfort there that made me willing to dive into cuisines I wouldn’t ordinarily indulge in, like the Traditional Prawn and Pumpkin Cream Soup which was added to the menu twenty-six years ago by Des Artistes’ mastermind Chef Thierry Blouet.

While the restaurants fed my body, the area architecture fed my mind. One architectural highlight was the One&Only Palmilla. This charming locale was originally built in 1956 as a home for pilot Don Abelardo Rodríguez, son of Abelardo L. Rodríguez, a former general in the Mexican Revolution who later became Mexico’s president.

Though the property has expanded since the 50s and has been acquired by the world-famous One&Only brand, the architectural integrity has been kept intact, and the three original structures Rodríguez built remain. I had drinks by one of these three originals, a stunning chapel which hosts weddings with guests from around the globe. The chapel is topped with an enormous cross and has the uniquely-Catholic feature of grotesque saint images adorning the outer wall. It looked like a scene from a movie about the Mexico of a time long-gone, not a tangible edifice that I could reach out and grasp.

Not enough praise can be showered on the resorts. They not only provide world-class service to their guests, but they also provide much-needed service to others and the environment. Paradisus Los Cabos hosts an art auction every Friday to benefit UNICEF and also has a wildlife conservation program which attempts to increase the number of sea turtles that survive until adulthood. This, and programs like it, earned Mexico an award in the Biodiversity and Fauna category of the Premios LatinoAmérica Verde. They won for their Program for Protection, Conservation and Research of Natural Resources and Wildlife and the Paradisus staff proudly shows off the trophy, made from recycled material. Los Cabos is currently the only place in the world that has private hotels assisting with conservation efforts — a perfect marriage of capitalism and environmentalism.

I have more positive things to say about Los Cabos than I have space for in this article. I haven’t even begun to touch on the art and film scene (Intagrafía, an art gallery run by Nacho Gallardo in the San José del Cabo area, is doing amazing work), the casual dining scene (Pancho’s offers a great lunch menu where you can down a shot of rattlesnake tequila), or the nightlife. To anyone who’s curious about taking a weekend trip to Los Cabos for the first time, I have this advice: be brave take the leap.


Be brave and catch the Cabo wave

There was something in the warm Cabo air that made me brave. I stood at the edge of the “Cabo Wave” catamaran in my new swimsuit and my life jacket. For some reason I hadn’t realized until that minute that I was going to have to jump if I wanted to snorkel. I had never snorkeled before and ordinarily, I’m not a jumper. I’m a big toe in the water type of person. I don’t look before I leap – I just…don’t leap. I considered my options. I could go back to the top deck of the boat and have a margarita. I could feign illness. No one from my group was paying attention to me, the last one to get in the water. I could easily do either of these. Or, I could confront the fear and just jump off the boat. I took a deep breath, lifted my feet from the wet boat deck, and flung myself forward.

Twenty-four hours earlier I had been on a plane, excited about my first trip to Baja California Sur, and, more specifically to Los Cabos. I had been to Mexico many times before, but this was a brand new adventure for me. I happened to be visiting the vacation spot during the sixth annual Los Cabos International Film Festival, a celebration of North American film with an emphasis on projects from the U.S., Mexico, and Canada, so I knew there would be plenty

As we flew southward for a brief three hours, I could see the capes for which the area had been named. I was told Los Cabos was merely a beach strung together by a bunch of hotels, but I discovered it was so much more. The word “hotel” doesn’t even begin to cover the establishments I encountered. I stayed at Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, an adults-only, all-inclusive resort like no other. In addition to its luxurious lodgings and gourmet dining, they had group activities like water aerobics and events like a casino night and a night of Mexican culture that included fire-dancing.

Café Des Artistes at the JW Marriott featured some of the finest dining I have experienced. The atmosphere was also at once both calming and disarming. The water glasses were handmade and the dining area was crowned by what appeared to be hand-blown glass fixtures hanging from the ceiling. There was a level of comfort there that made me willing to dive into cuisines I wouldn’t ordinarily indulge in, like the Traditional Prawn and Pumpkin Cream Soup which was added to the menu twenty-six years ago by Des Artistes’ mastermind Chef Thierry Blouet.

While the restaurants fed my body, the area architecture fed my mind. One architectural highlight was the One&Only Palmilla. This charming locale was originally built in 1956 as a home for pilot Don Abelardo Rodríguez, son of Abelardo L. Rodríguez, a former general in the Mexican Revolution who later became Mexico’s president.

Though the property has expanded since the 50s and has been acquired by the world-famous One&Only brand, the architectural integrity has been kept intact, and the three original structures Rodríguez built remain. I had drinks by one of these three originals, a stunning chapel which hosts weddings with guests from around the globe. The chapel is topped with an enormous cross and has the uniquely-Catholic feature of grotesque saint images adorning the outer wall. It looked like a scene from a movie about the Mexico of a time long-gone, not a tangible edifice that I could reach out and grasp.

Not enough praise can be showered on the resorts. They not only provide world-class service to their guests, but they also provide much-needed service to others and the environment. Paradisus Los Cabos hosts an art auction every Friday to benefit UNICEF and also has a wildlife conservation program which attempts to increase the number of sea turtles that survive until adulthood. This, and programs like it, earned Mexico an award in the Biodiversity and Fauna category of the Premios LatinoAmérica Verde. They won for their Program for Protection, Conservation and Research of Natural Resources and Wildlife and the Paradisus staff proudly shows off the trophy, made from recycled material. Los Cabos is currently the only place in the world that has private hotels assisting with conservation efforts — a perfect marriage of capitalism and environmentalism.

I have more positive things to say about Los Cabos than I have space for in this article. I haven’t even begun to touch on the art and film scene (Intagrafía, an art gallery run by Nacho Gallardo in the San José del Cabo area, is doing amazing work), the casual dining scene (Pancho’s offers a great lunch menu where you can down a shot of rattlesnake tequila), or the nightlife. To anyone who’s curious about taking a weekend trip to Los Cabos for the first time, I have this advice: be brave take the leap.


Be brave and catch the Cabo wave

There was something in the warm Cabo air that made me brave. I stood at the edge of the “Cabo Wave” catamaran in my new swimsuit and my life jacket. For some reason I hadn’t realized until that minute that I was going to have to jump if I wanted to snorkel. I had never snorkeled before and ordinarily, I’m not a jumper. I’m a big toe in the water type of person. I don’t look before I leap – I just…don’t leap. I considered my options. I could go back to the top deck of the boat and have a margarita. I could feign illness. No one from my group was paying attention to me, the last one to get in the water. I could easily do either of these. Or, I could confront the fear and just jump off the boat. I took a deep breath, lifted my feet from the wet boat deck, and flung myself forward.

Twenty-four hours earlier I had been on a plane, excited about my first trip to Baja California Sur, and, more specifically to Los Cabos. I had been to Mexico many times before, but this was a brand new adventure for me. I happened to be visiting the vacation spot during the sixth annual Los Cabos International Film Festival, a celebration of North American film with an emphasis on projects from the U.S., Mexico, and Canada, so I knew there would be plenty

As we flew southward for a brief three hours, I could see the capes for which the area had been named. I was told Los Cabos was merely a beach strung together by a bunch of hotels, but I discovered it was so much more. The word “hotel” doesn’t even begin to cover the establishments I encountered. I stayed at Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, an adults-only, all-inclusive resort like no other. In addition to its luxurious lodgings and gourmet dining, they had group activities like water aerobics and events like a casino night and a night of Mexican culture that included fire-dancing.

Café Des Artistes at the JW Marriott featured some of the finest dining I have experienced. The atmosphere was also at once both calming and disarming. The water glasses were handmade and the dining area was crowned by what appeared to be hand-blown glass fixtures hanging from the ceiling. There was a level of comfort there that made me willing to dive into cuisines I wouldn’t ordinarily indulge in, like the Traditional Prawn and Pumpkin Cream Soup which was added to the menu twenty-six years ago by Des Artistes’ mastermind Chef Thierry Blouet.

While the restaurants fed my body, the area architecture fed my mind. One architectural highlight was the One&Only Palmilla. This charming locale was originally built in 1956 as a home for pilot Don Abelardo Rodríguez, son of Abelardo L. Rodríguez, a former general in the Mexican Revolution who later became Mexico’s president.

Though the property has expanded since the 50s and has been acquired by the world-famous One&Only brand, the architectural integrity has been kept intact, and the three original structures Rodríguez built remain. I had drinks by one of these three originals, a stunning chapel which hosts weddings with guests from around the globe. The chapel is topped with an enormous cross and has the uniquely-Catholic feature of grotesque saint images adorning the outer wall. It looked like a scene from a movie about the Mexico of a time long-gone, not a tangible edifice that I could reach out and grasp.

Not enough praise can be showered on the resorts. They not only provide world-class service to their guests, but they also provide much-needed service to others and the environment. Paradisus Los Cabos hosts an art auction every Friday to benefit UNICEF and also has a wildlife conservation program which attempts to increase the number of sea turtles that survive until adulthood. This, and programs like it, earned Mexico an award in the Biodiversity and Fauna category of the Premios LatinoAmérica Verde. They won for their Program for Protection, Conservation and Research of Natural Resources and Wildlife and the Paradisus staff proudly shows off the trophy, made from recycled material. Los Cabos is currently the only place in the world that has private hotels assisting with conservation efforts — a perfect marriage of capitalism and environmentalism.

I have more positive things to say about Los Cabos than I have space for in this article. I haven’t even begun to touch on the art and film scene (Intagrafía, an art gallery run by Nacho Gallardo in the San José del Cabo area, is doing amazing work), the casual dining scene (Pancho’s offers a great lunch menu where you can down a shot of rattlesnake tequila), or the nightlife. To anyone who’s curious about taking a weekend trip to Los Cabos for the first time, I have this advice: be brave take the leap.


Be brave and catch the Cabo wave

There was something in the warm Cabo air that made me brave. I stood at the edge of the “Cabo Wave” catamaran in my new swimsuit and my life jacket. For some reason I hadn’t realized until that minute that I was going to have to jump if I wanted to snorkel. I had never snorkeled before and ordinarily, I’m not a jumper. I’m a big toe in the water type of person. I don’t look before I leap – I just…don’t leap. I considered my options. I could go back to the top deck of the boat and have a margarita. I could feign illness. No one from my group was paying attention to me, the last one to get in the water. I could easily do either of these. Or, I could confront the fear and just jump off the boat. I took a deep breath, lifted my feet from the wet boat deck, and flung myself forward.

Twenty-four hours earlier I had been on a plane, excited about my first trip to Baja California Sur, and, more specifically to Los Cabos. I had been to Mexico many times before, but this was a brand new adventure for me. I happened to be visiting the vacation spot during the sixth annual Los Cabos International Film Festival, a celebration of North American film with an emphasis on projects from the U.S., Mexico, and Canada, so I knew there would be plenty

As we flew southward for a brief three hours, I could see the capes for which the area had been named. I was told Los Cabos was merely a beach strung together by a bunch of hotels, but I discovered it was so much more. The word “hotel” doesn’t even begin to cover the establishments I encountered. I stayed at Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, an adults-only, all-inclusive resort like no other. In addition to its luxurious lodgings and gourmet dining, they had group activities like water aerobics and events like a casino night and a night of Mexican culture that included fire-dancing.

Café Des Artistes at the JW Marriott featured some of the finest dining I have experienced. The atmosphere was also at once both calming and disarming. The water glasses were handmade and the dining area was crowned by what appeared to be hand-blown glass fixtures hanging from the ceiling. There was a level of comfort there that made me willing to dive into cuisines I wouldn’t ordinarily indulge in, like the Traditional Prawn and Pumpkin Cream Soup which was added to the menu twenty-six years ago by Des Artistes’ mastermind Chef Thierry Blouet.

While the restaurants fed my body, the area architecture fed my mind. One architectural highlight was the One&Only Palmilla. This charming locale was originally built in 1956 as a home for pilot Don Abelardo Rodríguez, son of Abelardo L. Rodríguez, a former general in the Mexican Revolution who later became Mexico’s president.

Though the property has expanded since the 50s and has been acquired by the world-famous One&Only brand, the architectural integrity has been kept intact, and the three original structures Rodríguez built remain. I had drinks by one of these three originals, a stunning chapel which hosts weddings with guests from around the globe. The chapel is topped with an enormous cross and has the uniquely-Catholic feature of grotesque saint images adorning the outer wall. It looked like a scene from a movie about the Mexico of a time long-gone, not a tangible edifice that I could reach out and grasp.

Not enough praise can be showered on the resorts. They not only provide world-class service to their guests, but they also provide much-needed service to others and the environment. Paradisus Los Cabos hosts an art auction every Friday to benefit UNICEF and also has a wildlife conservation program which attempts to increase the number of sea turtles that survive until adulthood. This, and programs like it, earned Mexico an award in the Biodiversity and Fauna category of the Premios LatinoAmérica Verde. They won for their Program for Protection, Conservation and Research of Natural Resources and Wildlife and the Paradisus staff proudly shows off the trophy, made from recycled material. Los Cabos is currently the only place in the world that has private hotels assisting with conservation efforts — a perfect marriage of capitalism and environmentalism.

I have more positive things to say about Los Cabos than I have space for in this article. I haven’t even begun to touch on the art and film scene (Intagrafía, an art gallery run by Nacho Gallardo in the San José del Cabo area, is doing amazing work), the casual dining scene (Pancho’s offers a great lunch menu where you can down a shot of rattlesnake tequila), or the nightlife. To anyone who’s curious about taking a weekend trip to Los Cabos for the first time, I have this advice: be brave take the leap.


Be brave and catch the Cabo wave

There was something in the warm Cabo air that made me brave. I stood at the edge of the “Cabo Wave” catamaran in my new swimsuit and my life jacket. For some reason I hadn’t realized until that minute that I was going to have to jump if I wanted to snorkel. I had never snorkeled before and ordinarily, I’m not a jumper. I’m a big toe in the water type of person. I don’t look before I leap – I just…don’t leap. I considered my options. I could go back to the top deck of the boat and have a margarita. I could feign illness. No one from my group was paying attention to me, the last one to get in the water. I could easily do either of these. Or, I could confront the fear and just jump off the boat. I took a deep breath, lifted my feet from the wet boat deck, and flung myself forward.

Twenty-four hours earlier I had been on a plane, excited about my first trip to Baja California Sur, and, more specifically to Los Cabos. I had been to Mexico many times before, but this was a brand new adventure for me. I happened to be visiting the vacation spot during the sixth annual Los Cabos International Film Festival, a celebration of North American film with an emphasis on projects from the U.S., Mexico, and Canada, so I knew there would be plenty

As we flew southward for a brief three hours, I could see the capes for which the area had been named. I was told Los Cabos was merely a beach strung together by a bunch of hotels, but I discovered it was so much more. The word “hotel” doesn’t even begin to cover the establishments I encountered. I stayed at Secrets Puerto Los Cabos Golf & Spa Resort, an adults-only, all-inclusive resort like no other. In addition to its luxurious lodgings and gourmet dining, they had group activities like water aerobics and events like a casino night and a night of Mexican culture that included fire-dancing.

Café Des Artistes at the JW Marriott featured some of the finest dining I have experienced. The atmosphere was also at once both calming and disarming. The water glasses were handmade and the dining area was crowned by what appeared to be hand-blown glass fixtures hanging from the ceiling. There was a level of comfort there that made me willing to dive into cuisines I wouldn’t ordinarily indulge in, like the Traditional Prawn and Pumpkin Cream Soup which was added to the menu twenty-six years ago by Des Artistes’ mastermind Chef Thierry Blouet.

While the restaurants fed my body, the area architecture fed my mind. One architectural highlight was the One&Only Palmilla. This charming locale was originally built in 1956 as a home for pilot Don Abelardo Rodríguez, son of Abelardo L. Rodríguez, a former general in the Mexican Revolution who later became Mexico’s president.

Though the property has expanded since the 50s and has been acquired by the world-famous One&Only brand, the architectural integrity has been kept intact, and the three original structures Rodríguez built remain. I had drinks by one of these three originals, a stunning chapel which hosts weddings with guests from around the globe. The chapel is topped with an enormous cross and has the uniquely-Catholic feature of grotesque saint images adorning the outer wall. It looked like a scene from a movie about the Mexico of a time long-gone, not a tangible edifice that I could reach out and grasp.

Not enough praise can be showered on the resorts. They not only provide world-class service to their guests, but they also provide much-needed service to others and the environment. Paradisus Los Cabos hosts an art auction every Friday to benefit UNICEF and also has a wildlife conservation program which attempts to increase the number of sea turtles that survive until adulthood. This, and programs like it, earned Mexico an award in the Biodiversity and Fauna category of the Premios LatinoAmérica Verde. They won for their Program for Protection, Conservation and Research of Natural Resources and Wildlife and the Paradisus staff proudly shows off the trophy, made from recycled material. Los Cabos is currently the only place in the world that has private hotels assisting with conservation efforts — a perfect marriage of capitalism and environmentalism.

I have more positive things to say about Los Cabos than I have space for in this article. I haven’t even begun to touch on the art and film scene (Intagrafía, an art gallery run by Nacho Gallardo in the San José del Cabo area, is doing amazing work), the casual dining scene (Pancho’s offers a great lunch menu where you can down a shot of rattlesnake tequila), or the nightlife. To anyone who’s curious about taking a weekend trip to Los Cabos for the first time, I have this advice: be brave take the leap.


Voir la vidéo: Cabo San Lucas Mexico Travel Guide 2021 (Janvier 2022).