Nouvelles recettes

Envie de Manhattan diabolique

Envie de Manhattan diabolique

  1. Accueil
  2. Boire
  3. Cocktails et spiritueux

4

1 note

26 septembre 2013

Par

JDK et fils

JDK & Sons Crave Chocolate Chili Liqueur a proposé cette recette incroyablement effrayante qui est idéale pour votre fête d'Halloween!

1

Portions

Ingrédients

  • 1 1/2 once de liqueur de chili au chocolat JDK & Sons Crave
  • 1 once de cerf rouge

Instructions

Mélanger tous les ingrédients dans un shaker rempli de glaçons. Secouez vigoureusement le contenu puis filtrez votre cocktail dans un verre à martini et dégustez.

Mots clés


"Sweet Serendipity : De délicieux desserts et un plat diabolique"

Le lieu de rencontre légendaire de Marilyn Monroe, Andy Warhol, John Lennon et Yoko Ono - et d'innombrables autres célébrités gourmandes - Serendipity 3 existe depuis 1954. Lorsque les trois fondateurs, Stephen Bruce, Calvin Holt et Patch Caradine , ont mis en commun 500 $ seulement pour ouvrir les portes de leur magasin East 58th Street dans l'Upper East Side de Manhattan, ils n'ont jamais imaginé la célébrité à suivre. Le magasin est maintenant situé au 225 East 60th Street, entre les deuxième et troisième avenues.

Dans son livre de cuisine, "Sweet Serendipity: Delicious Desserts and Devilish Dish", Stephen Bruce révèle plusieurs de ses recettes. Le livre de 125 pages contient les secrets de nombreuses concoctions délicieuses, y compris la préférée de Marilyn Monroe, la charmante tarte au fudge de Miss Milton. Les images sont magnifiquement nettes et le souvenir de Bruce des 50 dernières années est stupéfiant.

Le tristement célèbre chocolat chaud Frrrozen de Serendipity a un chapitre entier qui lui est délégué. Considéré comme leur secret le mieux gardé, la recette est dévoilée, à l'exception du type de chocolat utilisé par Bruce.

Les fans de ce dessert, cependant, seront assez reconnaissants pour recréer certains de ces classiques intemporels. Le livre est disponible sur Amazon pour 13,57 $ ou moins, si vous achetez d'occasion.

Note aux lecteurs : si vous achetez quelque chose via l'un de nos liens d'affiliation, nous pouvons gagner une commission.


Les desserts essentiels de New York de Kristen Tomlan, fondatrice de DŌ

La femme derrière le magasin de boules de pâte à biscuits à New York et l'auteur d'un nouveau livre de cuisine partage ses endroits préférés de New York pour le dessert.

Kristen Tomlan’s DŌ est un magasin de cuillères à pâte à biscuits proposant de la pâte à biscuits crue sûre à manger servie comme un cornet de crème glacée, qui est rapidement devenue une sensation Instagram. Son activité en ligne florissante expédie la pâte à l'échelle nationale.

Enfant, l'une de mes parties préférées de la préparation de biscuits avec ma mère était de lécher les restes de pâte crue dans le bol à mélanger. Alors, naturellement, j'étais curieuse lorsque Kristen Tomlan a ouvert, DŌ, un magasin de cuillères à pâte à biscuits en 2017. Sa pâte à biscuits crue et sans danger, servie comme un cornet de crème glacée, est rapidement devenue une sensation sur Instagram et elle a créé une entreprise en ligne florissante qui expédie les pâte à l'échelle nationale.

En octobre, elle partage ses secrets pour préparer une pâte à biscuits sûre et prête à cuire dans le livre de cuisine Hello Cookie Dough : 110 confiseries Doughlicious à manger, cuire et partager (15 octobre 2019).

Bonjour, pâte à biscuits propose des recettes telles que Carnival Crunch, Best Berry Crisp et Salt & Pepper Perfection, ainsi que des instructions sur la façon de s'assurer que la pâte à biscuits que vous préparez peut être consommée en toute sécurité.

"J'ai toujours voulu écrire un livre de cuisine", dit Tomlan. «Ma mère est chef et auteur de livres de cuisine, alors peut-être que c'est dans mon sang. C'était l'occasion idéale d'utiliser ma pâte à biscuits et mon expertise en boulangerie et enfin d'apprendre aux gens à préparer des friandises à la pâte à biscuits sans danger à la maison ! C'est une extension de moi et de la marque DŌ.

Le livre contient des recettes telles que Carnival Crunch, Best Berry Crisp et Salt & Pepper Perfection, ainsi que des instructions sur la façon de s'assurer que la pâte à biscuits que vous préparez peut être consommée en toute sécurité.

En attendant la sortie du livre, nous avons rencontré Tomlan qui a partagé quelques-uns de ses endroits préférés pour prendre un dessert à New York ainsi qu'une recette de son livre de cuisine.

Brigadeiros de la boulangerie Brigadiero
J'ai découvert la délicatesse brésilienne connue sous le nom de Brigadieros il y a quelques années et ma vie n'a jamais été la même. Les meilleurs se trouvent à Brigadeiro Bakery à SoHo, qui est dangereusement proche de mon bureau. Ils fondent dans ta bouche.

Pudding au chocolat à Rucola
L'un de mes restaurants de quartier préférés est Rucola. En partie parce qu'ils font d'excellents cocktails, en partie parce que leur menu de saison est toujours à la hauteur, et surtout parce qu'ils font ce ridicule pudding au chocolat salé surmonté d'une grosse cuillerée de crème fouettée et fini avec un bain d'huile d'olive. Tu ne peux pas ne pas avoir le pudding… du moins c'est ce que je dis à mon mari tous temps que nous allons.

Macarons de la boulangerie Dana
Je suis fan d'un bon macaron. Chez Dana, vous obtenez toutes les saveurs américaines classiques dont j'ai envie (s'mores, céréales fruitées, gâteau d'anniversaire) mais avec la technique française sophistiquée qui rend les coquilles parfaitement croustillantes à l'extérieur et oh, si délicates et douces à l'intérieur. Gagnez, gagnez.

Coupe glacée à ABC Kitchen
Je veux dire, je n'ai jamais rencontré un sundae que je n'aimais pas, mais le sundae à la crème glacée au caramel salé d'ABC Kitchen est d'un niveau supérieur. Chaque composant est stellaire en soi, mais dans l'ensemble, cela pourrait être la bouchée parfaite. J'en ai l'eau à la bouche rien que d'y penser. Crème glacée crémeuse au caramel salé, cacahuètes confites croustillantes, pop-corn au caramel moelleux, crème fouettée moelleuse et sauce au fudge au chocolat décadente? Dois-je en dire plus ? … Je ne le pensais pas.

Crème Brûlée de Boucherie
Il y a quelque chose dans la crème brûlée qui me rend encore plus reconnaissant d'être en vie. Ce brisement de sucre satisfaisant lorsque vous craquez dedans me rend encore plus heureux à chaque fois. Miam!

Cette recette est l'OG. Le best-seller. Le dessert nostalgique par excellence. Celui dont vous et moi rêvons le plus en matière de pâte à biscuits.

Pépites de chocolat signature
De Hello Cookie Dough: 110 confiseries Doughlicious à manger, cuire et partager par Kristen Tomlan

L'amour vrai. Cela m'est arrivé très jeune. J'étais certainement l'un des chanceux - pas d'applications de rencontres ou de premiers rendez-vous gênants. Certaines personnes ne connaissent jamais le véritable amour, ou cela peut leur prendre toute leur vie pour le trouver. J'étais jeune, en fait, à peine quatre ou cinq ans lorsque je suis tombée durement pour la première fois. Et, de tous les endroits, j'ai trouvé l'amour dans la cuisine de mes parents. Mon autre significatif? Pâte à biscuits aux pépites de chocolat. Oubliez les premiers béguins, les amoureux du lycée et les aventures universitaires – la pâte à biscuits aux pépites de chocolat et je suis de véritables âmes sœurs pour toujours. Nous sommes vraiment, follement, profondément amoureux.

Pas de doute, cette recette est l'OG. Le best-seller. Le dessert nostalgique par excellence. Celui dont vous et moi rêvons le plus en matière de pâte à biscuits. Maintenant, c'est à votre tour de tomber éperdument.

INGRÉDIENTS
3 tasses de farine tout usage
2¼ cuillères à café de fécule de maïs
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
¾ cuillère à café de sel
1½ bâtonnets (12 cuillères à soupe) de beurre non salé, à température ambiante
¼ tasse de sucre cristallisé
1 tasse de cassonade
1/3 tasse de blancs d'œufs pasteurisés, à température ambiante
1 cuillère à soupe d'extrait de vanille
1 tasse de pépites de chocolat mi-sucré

DIRECTIONS
Faire chauffer la farine : Mettre la farine dans un bol allant au micro-ondes. Micro-ondes à puissance maximale pendant 30 secondes à la fois, en remuant après chaque intervalle. Remuez bien pour vous assurer que la farine ne brûle pas (les micro-ondes ont ces points chauds délicats). Utilisez un thermomètre à lecture instantanée pour tester la farine à plusieurs endroits pour vous assurer qu'elle a atteint 165 ° F partout. Si vous obtenez une lecture inférieure dans une zone, remuez et chauffez pendant 30 secondes supplémentaires jusqu'à ce que tout soit prêt ! Si de la farine colle aux parois du bol, laissez-la simplement là. Brisez les morceaux et laissez refroidir complètement.

(Indice d'initiés : DŌ va vendre sa propre farine traitée thermiquement avec le lancement du livre de recettes, Hello, Cookie Dough, afin que vous puissiez acheter leur farine sans danger et ignorer cette étape. Visitez cookiedonyc.com pour en savoir plus .)

Faire la pâte à biscuits : Dans un bol moyen, fouetter ensemble 2¼ tasses de farine traitée thermiquement, la fécule de maïs, le bicarbonate de soude et le sel. Mettre de côté.

Dans le bol d'un batteur sur socle équipé de la palette, battre le beurre à vitesse moyenne jusqu'à consistance lisse et crémeuse, environ 2 minutes. Ajouter les sucres granulé et brun et mélanger à feu moyen jusqu'à ce que le mélange soit léger et mousseux, environ 4 minutes feront l'affaire. Utilisez une spatule en caoutchouc pour racler le bol. Ajouter les blancs d'œufs et la vanille et mélanger jusqu'à ce qu'ils soient complètement incorporés, environ 2 minutes.

Ajouter la moitié du mélange de farine et mélanger à feu doux jusqu'à ce que la texture poudreuse de la farine disparaisse, environ 15 secondes. Ajouter immédiatement le reste du mélange de farine et mélanger jusqu'à homogénéité. Racler le bol et mélanger 15 secondes.

Retirez le bol du mixeur et utilisez une spatule en caoutchouc pour incorporer les pépites de chocolat.


Les exigences diaboliques de Pelosi

Mardi, le président Donald Trump a annulé les négociations sur un projet de loi de relance jusqu'après le jour des élections. Blâmez la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, pour le retard.

Pelosi a exhorté les républicains à adopter son projet de loi de secours contre les coronavirus de 2 200 milliards de dollars pour « écraser le virus afin que nous puissions ouvrir l'économie et ouvrir nos écoles en toute sécurité ». La vérité, c'est que son projet de loi ne ferait presque rien pour atteindre ces objectifs.

Pire, bien que Pelosi ne vous le dise pas, le projet de loi réécrit la loi électorale pour 2020, excluant les exigences d'identification des électeurs, obligeant les États à compter les bulletins de vote par correspondance qui arrivent jusqu'à 10 jours après le jour du scrutin et imposant l'inscription des électeurs le même jour partout, cependant , actuellement, seuls 21 États le permettent. Ces changements controversés n'ont pas leur place dans un projet de loi de relance dont les Américains ont désespérément besoin.

Il n'y a presque aucun désaccord entre les républicains et les démocrates sur l'envoi d'un chèque de 1 200 $ à chaque adulte américain. Mais c'est une petite partie de la facture totale. Des centaines de milliards de dollars sont gaspillés pour combler les écarts budgétaires entre les États, les villes et les districts scolaires, « sans rien à long terme à montrer. Nous ne serons plus préparés à la prochaine pandémie. Et il y en aura un suivant. Les menaces virales sont de plus en plus fréquentes.

Le projet de loi de Pelosi promet aux districts scolaires 225 milliards de dollars, mais seulement 5 milliards de dollars - un minuscule 2% - permettraient de rendre les écoles plus sûres en améliorant la qualité de l'air ou en installant des éviers et d'autres améliorations en matière d'hygiène.

Le reste est un plan de protection du syndicat des enseignants. Les districts scolaires qui économisent et réduisent les dépenses par élève ou modifient les contrats de travail sont automatiquement inéligibles au financement de relance. C'est comme dire aux Américains qu'ils ne peuvent pas recevoir de chèque de relance s'ils réduisent les dépenses des ménages.

Le projet de loi alloue 417 milliards de dollars aux gouvernements étatiques et locaux, sans aucune condition. C'est une occasion perdue de sauver des villes qui se transforment en villes fantômes car les employés craignent le virus et travaillent à distance.

Lorsque les immeubles de bureaux, les centres de congrès, les terminaux ferroviaires et autres lieux de travail sont vides, les entreprises qui les entourent échouent. Les détaillants, les cireurs de chaussures, les food trucks et les restaurants n'ont pas de clients. À Manhattan, Minneapolis et St. Paul, Minnesota, seulement environ 10 % des employés de bureau sont de retour sur place, pire que partout ailleurs dans le pays.

Pour résoudre ce problème, une partie importante des fonds de relance devrait être consacrée aux améliorations environnementales telles que les revêtements antimicrobiens des systèmes de purification de l'air sur les bureaux, les claviers et les poteaux de métro et d'autres technologies antivirales qui améliorent la sécurité au travail et dans les transports en commun. Les subventions peuvent financer des améliorations dans les installations publiques, et les incitations fiscales peuvent encourager le secteur privé à faire de même.

Au lieu de cela, dans le projet de loi de Pelosi, les 600 milliards de dollars et plus alloués aux villes, aux États et aux districts scolaires – un montant ahurissant équivalent à l'ensemble du budget de la défense du pays – seront consommés pour combler les trous budgétaires pour les politiciens dépensiers. L'argent disparaîtra à la fin de l'année.

Le projet de loi alloue 120 milliards de dollars de subventions aux restaurants. La ville de New York a besoin de cette aide car la moitié de ses restaurants sont sur le point de fermer dans les six prochains mois, emportant avec eux 160 000 emplois. Malheureusement, le financement est aux prises avec des préférences injustes, et peut-être inconstitutionnelles, pour les entreprises appartenant à des minorités et à des femmes. En ce moment, tout le monde a besoin d'aide.

Le projet de loi de la Chambre dépense judicieusement de l'argent – ​​200 millions de dollars pour une campagne de sensibilisation aux vaccins, 20 millions de dollars pour mettre à niveau le système d'alerte précoce des maladies des Centers for Disease Control and Prevention et 500 millions de dollars pour une force de frappe infirmière pour réagir rapidement lorsqu'une maison de soins infirmiers est touchée. avec COVID-19. Mais ces articles importants rapportent des millions de dollars, tandis que les dispositions politiquement cyniques rapportent des milliards. Par exemple, 5 milliards de dollars pour le bloc de développement communautaire accordent que le projet de loi étiquette "ressources flexibles" - ce qui se traduit par de l'argent pour les pols locaux.

Enfin, Pelosi doit jouer droit. Utiliser la pandémie pour introduire des changements de vote controversés pour 2020 ne passe pas le test de l'odorat.

Avec nos villes en train de mourir, les employés ayant peur de retourner dans leurs bureaux et des millions d'autres Américains sans travail, l'argent de la relance ne devrait pas être jeté de manière imprudente. Une grande partie de cet argent devrait être consacrée à des améliorations permanentes pour protéger nos lieux de travail et nos écoles contre les virus. Les républicains devraient exiger ces changements avant d'adopter le projet de loi.


"Les soirées sexuelles améliorent mon mariage"

C'est un vendredi soir, et au milieu de l'orgasme, mes yeux se fixent sur mon mari. Il sourit, me lançant ce regard diabolique qui me fait encore mal au ventre, même six ans après notre mariage. La seule chose : ce n'est pas l'homme avec qui j'ai des relations sexuelles et mon partenaire est un de nos amis, et un cercle d'étrangers et de connaissances à moitié habillés regarde la scène.

Ce n'est pas un week-end typique, mais assister à des soirées sexuelles fait définitivement partie de la connexion que Derek* et moi partageons. Nous assistons probablement à un tous les deux mois, et nous n'avons pas nécessairement de relations sexuelles avec d'autres personnes chez elles&mdash parfois nous avons des relations sexuelles entre nous, parfois nous regardons simplement, et parfois nous "jouons" (un euphémisme pour tout ce qui s'arrête avant la pénétration) avec les autres gens. On fait ça depuis qu'on s'est rencontré lors d'une soirée sexe à New York.

Je n'aime pas le terme "sex party,"ce qui donne l'impression que tout le monde a des relations sexuelles au hasard sans égard à la sécurité ou à la morale. Ce n'est pas le cas. Il existe en fait deux types courants de fêtes : les soirées ludiques, qui se déroulent généralement dans des bars ou des clubs et exigent que chacun couvre sa vie privée parties, puis les soirées plus hardcore organisées chez quelqu'un, qui sont généralement limitées aux invités présélectionnés par les hôtes. À ce stade, Derek et moi connaissons beaucoup de personnes qui y assistent, donc cela ne semble jamais bizarre. Nous ne socialisez pas avec les couples en dehors de la scène car nous n'avons pas grand-chose en commun avec eux à part le sexe&mdashJe suppose que c'est la même chose que si vous étiez dans un groupe de randonneurs et que vous ne voyiez que ce groupe de personnes en randonnée. safe&mdashhosts ont mis en place des préservatifs et des lingettes et Derek et moi sommes scrupuleux en matière de sécurité. Je sais que c'est risqué, mais de la façon dont je le vois, vous prenez des risques tous les jours. Nous sommes aussi prudents que possible, et heureusement, cela semble beaucoup des fêtards avec qui nous nous associons ressentent la même chose.

J'adore ce Derek et j'ai cette connexion perverse. En fait, je me sens aussi proche de lui lorsque je couche avec un inconnu que lorsque je suis au lit avec lui. Je sais que cela semble étrange, mais écoutez-moi : j'ai des fantasmes très intenses depuis que je suis adolescent. Bien avant 50 nuances de Grey, J'ai fantasmé sur la soumission, le sexe anonyme et avoir des relations sexuelles pendant que d'autres personnes regardaient. Pendant longtemps, j'ai pensé que quelque chose n'allait pas chez moi. Je n'ai jamais été pleinement satisfait de mes relations précédentes et j'ai fini par beaucoup tricher parce que j'aimais la ruée vers le sexe avec un inconnu. Je me sentais toujours très mal après, c'est pourquoi j'ai commencé à suivre une thérapie. J'ai également commencé à lire sur la sexualité, c'est ainsi que j'ai réalisé que j'avais de très fortes tendances exhibitionnistes et soumises. Cette recherche m'a conduit à divers sites Web, dont un qui faisait de la publicité pour des parties de jeux sexuels dans les clubs de New York. J'avais 27 ans quand je suis allé à ma première soirée avec mon meilleur ami très ouvert d'esprit.

Quand nous sommes entrés, c'était comme un monde différent. Les femmes portaient des robes moulantes en latex et des bas à hauteur de cuisse. Certains avaient des corsets qui se terminaient juste en dessous de leurs seins avec des pâtés sur les mamelons. Dans un coin, une femme à talons hauts marchait sur un homme. Dans un autre, un couple a fouetté une femme.

Mon ami avait peur, mais j'étais excité. À la fin de la soirée, j'embrassais passionnément un inconnu alors qu'il tenait fermement ses mains au-dessus de ma tête, contre le mur. Un autre homme me pinçait les tétons. Je l'ai aimé.

Le mois suivant, je suis revenu seul. Je suis devenu ami avec quelques personnes, dont Derek. Souvent, le groupe sortait pour dîner avant une fête. C'est un moyen d'apprendre à se connaître dans un cadre non coquin, et cela m'a fait réaliser à quel point tout le monde était normal.

Derek et moi avons rapidement réalisé que nous avions beaucoup en commun. C'était un étudiant diplômé de 31 ans, qui assistait à ce genre de fêtes depuis le début de la vingtaine, était actuellement célibataire et était bien connu au sein de la communauté des fêtes. En fait, lors de certaines fêtes, il occupait le poste de « maître du donjon », un poste bénévole créé pour s'assurer que rien ne dégénère ou ne soit fait sans consentement. La scène prend la sécurité extrêmement au sérieux, c'est pourquoi je me sentais bien d'aller seul à des fêtes. Oui, les gens se font fouetter ou fouetter, mais ils le font parce qu'ils le veulent et ils toujours établir un mot sûr. Quiconque ne respecte pas les règles est expulsé et banni.

C'est Derek qui m'a montré les ficelles du métier lors de l'une des premières soirées auxquelles j'ai assisté seul. Et je le pense littéralement : il m'a attaché au centre de la pièce. Je me sentais incroyablement vulnérable et incroyablement excité. Voici un homme avec qui je pouvais partager mes désirs les plus profonds et les plus sombres et il pouvait les égaler.

Nous avons commencé à jouer ensemble, ce qui, je suppose, signifie que nous avons eu une sorte de situation d'amis avec des avantages. Nous expérimentions différents types de sexe pervers, mais je n'imaginais pas que cela deviendrait une relation. Cela semblait trop surréaliste. Même si je me sentais mieux dans ma sexualité, je pensais toujours que j'étais dans une phase d'essai et qu'une fois que j'aurais tout barré sur ma liste de seaux sexuels, je m'installerais avec quelqu'un de vanille. Mais plus Derek et moi traînions, plus je réalisais à quel point notre connexion était profonde. En plus de nos activités coquines, nous aimions faire des randonnées le week-end, regarder d'interminables épisodes de Vrai sang, et essayer de nouvelles recettes.

Il a fallu environ un an avant qu'il soit clair que notre relation devenait sérieuse. Nous avons emménagé ensemble six mois plus tard et nous nous sommes fiancés deux ans après notre rencontre. Il n'a jamais été question de savoir si nous allions continuer avec kink&mdashit, c'est une grande partie de ce qui nous motive. Mais une fois que nous avons admis que nous étions attachés l'un à l'autre, certaines choses ont changé. Derek a arrêté de jouer avec d'autres femmes quand je n'étais pas là. Je n'avais pas d'autres partenaires de jeu réguliers à part Derek&mdash. Nous n'assistions plus seuls aux soirées. Et nous avons tous les deux un droit de veto sur les personnes avec qui nous jouons.

Comme cela a toujours été un aspect de notre relation, cela ne semble pas étrange que nous ayons continué même après avoir noué le nœud. J'aime que nous ayons ce secret spécial ensemble, car dans la vraie vie, nous sommes incroyablement normaux. Seuls quelques amis proches connaissent cet aspect de ma vie, et j'ai l'intention de le garder ainsi. Nous venons d'acheter une maison dans la banlieue du New Jersey, nous travaillons tous les deux et je suis dans le marketing, il est architecte et nous prévoyons de fonder une famille.

Cela réduira certainement les problèmes et les relations sexuelles avec d'autres personnes et je suis un peu ambivalent quant à ce que cela sera. Je crois absolument à la sexualité sans vergogne, mais je sais aussi que je ne veux pas que mes futurs enfants aient la moindre idée que les soirées sexuelles, qui peuvent être des montagnes russes incroyables et émotionnelles, font partie de nos vies. Les sentiments sont incroyablement intenses pendant les rapports sexuels, et le lendemain, je peux parfois sembler un peu lunatique, planant et bizarre. Ce type de sexe est tellement élevé, c'est presque comme si j'avais la gueule de bois. Beaucoup de gens ont la même réaction, mais je ne serais certainement pas capable de gérer ces émotions avec des enfants dans le mix.

Pour l'instant, on se régale. J'adore regarder mon mari faire l'amour et voir à quel point il est doué pour plaire aux femmes. J'aime aussi que mon mari me regarde&mdashc'est une incroyable démonstration d'intimité et de confiance. Tant de gens sont terrifiés par l'infidélité, mais cela n'affecte pas nos vies. Je sais que Derek et moi nous aimons, donc je ne suis pas jaloux quand je le vois coucher avec une fille célibataire torride d'une vingtaine d'années et le même type de femme que j'étais quand il m'a rencontré. En fait, j'aime le regarder montrer les ficelles du métier à un débutant, sachant que ce que nous avons est bien plus profond que le sexe. Cela aide aussi que, comme beaucoup d'autres femmes sur la scène, j'aime coucher avec des femmes&mdashand, il semble que mon mari et moi ayons les mêmes goûts. En gros, s'il a des relations sexuelles avec elle, je le ferai probablement aussi.

Je sais que cela peut sembler dépravé et choquant pour les gens qui ne sont pas allés à des soirées sexuelles, mais ce n'est pas le cas. Il se sent bien. Et on n'a pas l'impression que l'un de nous se trompe ou se veut moins.

Parce que voici le truc : le sexe n'est pas l'amour. J'aime mon mari. J'ai des relations sexuelles avec d'autres personnes pour l'expérience, pour la montée d'adrénaline, pour l'aventure. Mais je voudrais jamais avoir des relations sexuelles avec un homme sans que mon mari le sache&mdashor, d'ailleurs, regarde. Parce que notre mariage n'est pas traditionnel, nous sommes vraiment conscients de nos émotions et de nos attentes. Parfois, je me sens émotionnellement dans le besoin et je dis à mon mari que je veux seulement qu'il couche avec de la viande lors d'une fête. D'autres fois, je me sentais un peu jalouse des femmes avec des seins plus gros ou une taille plus petite, mais je serais tout aussi envieuse si je voyais une belle femme au gymnase ou au centre commercial. Heureusement, Derek et moi sommes assez bons pour communiquer. Après tout, le sexe n'est amusant que si tout le monde est sur la même longueur d'onde. Et je pense que ce sont de bonnes conversations à avoir et parler nous rapproche.

En fin de compte, je ne sais pas combien de temps nous serons encore sur la scène. Mais pour l'instant, c'est amusant, nous sommes en sécurité, et c'est une excellente alternative à un autre vendredi soir de vin rouge et de Netflix.


18 lots de cocktails parfaits pour votre prochaine fête

Rien ne dit "J'ai mon jeu d'hébergement verrouillé" comme accueillir des gens chez vous avec un boulevardier frais, une Pimm's Cup ou une caipirinha, sans le stress de passer toute la nuit derrière le bar à jus de citron vert. Voici 18 recettes de cocktails à préparer à l'avance qui inciteront tous vos amis à se demander « comment faire ils le font?"

16 parts de cidre de pomme pressé

8 traits d'Angostura Bitters

8 parts de vin blanc mousseux (Pour un cocktail plus sec, utilisez 16 parts de vin mousseux)

Pommes émincées et menthe pour la garniture

Mélanger les ingrédients sauf le vin mousseux dans un bol à punch. Remuer jusqu'à ce que le sel soit dissous. Conserver au réfrigérateur jusqu'au moment de l'utiliser. Pour servir, ajoutez un gros bloc de glace ou de gros glaçons et du vin mousseux. Garnir de fines tranches de pomme et de menthe.

Dans un pot Mason de la taille d'un quart, mélanger le whisky, le Campari et le vermouth. Conserver au réfrigérateur jusqu'au moment de servir. Pour servir, versez 3 onces dans un shaker ou un verre à mélange rempli de glace et remuez pendant 30 secondes. Filtrer dans un verre à cocktail et décorer d'un zeste d'orange.

De Maison Cuit par Anya Fernald

9 oz de bourbon Elijah Craig en petit lot

4 oz Liqueur de Gingembre Domaine De Canton

3 cuillères à soupe de purée de citrouille biologique Farmers Market

5 fines rondelles de citron

3 fines rondelles d'ananas

* Sirop d'Épices d'Automne

Utilisez une petite casserole à feu moyen et faites légèrement griller les graines de cardamome. Mélanger avec de l'anis étoilé, de la muscade, du gingembre en dés, du bâton de cannelle, des clous de girofle, de l'orange, de l'eau et du sucre. Remuer jusqu'à ce que le sucre soit complètement dissous. Laissez-le refroidir pendant 30 minutes et utilisez un tamis à mailles fines pour filtrer. Garder réfrigéré. Le sirop peut être conservé jusqu'à 4 semaines. Mélanger tous les ingrédients du cocktail et ajouter de la glace. Servir dans des mini citrouilles de récolte ou des tasses en verre et garnir de meringue grillée.

De Shawn Chen et Michael Hurson de Decoy à New York

8 parts de Drambuie infusé aux noisettes grillées*

4 parts Glenfiddich Scotch 12 ans

4 parties de sirop de grenade

4 portions de jus de citron frais

8 traits d'Angostura Bitters

20 parts de vin mousseux brut (sec)

Roues de citrons et brins de romarin de 1 pouce pour la garniture

*Drambuie infusée aux noisettes grillées : faites griller les noix à feu moyen jusqu'à ce qu'elles soient dorées et que vous puissiez facilement sentir l'arôme grillé. Pour chaque 1 partie de Drambuie, ajoutez 0,5 partie de noix grillées. Laisser infuser dans un contenant hermétique pendant 24 heures. Filtrer et réserver pour l'utilisation. Dans un bol à punch, ajouter tous les ingrédients et mélanger lentement avec un gros bloc de glace. Ajouter les garnitures et servir bien frais.

Cette version grand format de l'apéritif italien classique se prépare en quelques minutes et vous fera gagner beaucoup de temps lorsque vos invités commenceront à affluer.

Scotch en bouteille noire de 12 oz

6 oz Liqueur de Gingembre Domaine de Canton

6 oz d'édulcorant à la citronnelle

6 oz de cidre de pomme (quelque chose de bien fait)

8 oz de jus de citron vert fraîchement pressé

Pomme verte émincée pour la garniture

Mettre tous les ingrédients dans un bol à punch, ajouter des glaçons 15 à 20 minutes avant de servir. Remuer de temps en temps pour augmenter le froid et incorporer de l'eau pour l'équilibre.

Édulcorant à la citronnelle : prenez trois morceaux de citronnelle et giflez-les contre un comptoir pour ouvrir l'arôme. Couper en morceaux d'un pouce et jeter dans une casserole avec un litre d'eau et de sucre. Porter à petite ébullition et laisser refroidir. Filtrez la citronnelle et conservez-la au réfrigérateur (le récipient en verre avec couvercle fonctionne mieux. Correctement stocké, il peut être conservé jusqu'à 4 semaines)

De Moses Laboy de Bottle & Bine à New York

2 kakis, hachés et écrasés (ou autre fruit de saison)

Mélangez les fruits de saison et les meules de citron vert. Mélanger une part de jus de citron vert, une part de sirop simple, 2 parts de Cachaça (ou de la vodka pour une Caipiroska)

De Kat Gordon au Crave Fishbar à New York

.5 tasse de jus de citron vert fraîchement pressé

Dans un pot Mason de la taille d'un quart, mélanger le rhum, le sirop simple et le jus de lime. Réfrigérer jusqu'au moment de servir (le mélange se conserve 1 jour au réfrigérateur). Versez 0,5 tasse du mélange dans un verre à roche avec un gros cube de glace. Remuer et décorer d'un quartier de lime.

De la maison cuisiné par Anya Fernald

2 bouteilles de champagne Moët NV

La description:

Mélanger tous les ingrédients dans un bol à punch. Garnir d'anneaux de citron et de fraises fraîchement coupés et placer un moule à anneau de glace sur le dessus et la moitié du mélange et servir

De Laura Royer au Rose Club du Plaza à New York

10 fraises coupées en quartiers

.5 pomme coupée en fines tranches (facultatif)

.5 Poire Bartlett coupée en fines tranches (facultatif)

Placez les feuilles de menthe dans un grand pichet ou un bol à punch plus petit et tapotez doucement avec un pilon ou une petite louche pour en extraire l'essence. Ajouter les Pimm's, le Cointreau, le jus, le concombre, les fraises, la pomme et la poire, et mélanger pour combiner. Couvrir d'un couvercle ou d'une pellicule plastique et réfrigérer toute la nuit. Juste avant de servir, ajoutez de gros glaçons froids et le soda au gingembre. Remuer doucement et servir.


Une grue s'effondre dans l'East Side de Manhattan, tuant 4

Une grue dominant un chantier de construction de grande hauteur dans l'East Side de Manhattan s'est effondrée dans un rugissement d'acier déchirant samedi après-midi, faisant pleuvoir la mort et la destruction à travers un pâté de maisons alors qu'elle s'abattait sur un immeuble d'appartements, se brisait en sections, écrasait une ville maison et découper une façade d'immeuble.

Au moins quatre personnes ont été tuées et plus d'une douzaine d'autres ont été blessées, et les dommages devraient s'élever à des millions de dollars dans ce que les autorités ont appelé l'un des pires accidents de la ville - une calamité qui a transformé un quartier près des Nations Unies en un zone de panique, immeubles pulvérisés, sirènes hurlantes, évacuations, fouilles dans les décombres et cadavres couverts dans les rues.

De nombreux habitants du quartier autour du site de l'effondrement - la 51e rue entre la deuxième et la première avenue - ont déclaré qu'ils s'inquiétaient depuis des mois de la possibilité d'un effondrement, appelant la grue, se profilant plus haut chaque semaine, une menace, en particulier parce que tant de des immeubles d'habitation s'élevaient dans le quartier à une vitesse remarquable : plusieurs étages par semaine parfois.

Christopher Bianchi, 40 ans, de Manhattan, propriétaire du Crave Ceviche Bar sur la Second Avenue, a déclaré avoir vu trois corps sur des civières dans la rue. « Leurs têtes étaient couvertes », a-t-il déclaré. "L'un des policiers donnait les derniers sacrements."

Le maire Michael R. Bloomberg est arrivé sur les lieux quelques heures plus tard, entouré d'une armée de policiers, de pompiers, de responsables municipaux et de journalistes. "C'est un jour triste", a-t-il déclaré, alors que les lumières de dizaines de véhicules d'urgence tournaient et clignotaient. « Nos pensées vont à ceux qui ont été tués et nous prions pour que ceux qui ont été blessés se rétablissent. »

Alors que les gens étaient évacués d'une demi-douzaine de bâtiments et que les secouristes utilisant des chiens, des appareils d'écoute et des caméras thermiques cherchaient des victimes dans les décombres – en prenant soin de ne pas provoquer d'autres effondrements – le maire a déclaré que les quatre morts connus seraient des ouvriers du bâtiment sur ou près de la grue. Les blessés comprenaient au moins trois civils emmenés dans des hôpitaux dans un état critique.

Un homme a été retiré des débris près de quatre heures après l'effondrement.

Les morts, tous soupçonnés d'être des membres de la section locale 15 de l'Operating Engineers Union, ont été identifiés comme étant Brad Cohen, Aaron Stephens, Anthony Mazza et Wayne Bleidner.

La cause de l'accident par une journée ensoleillée et sans vent n'était pas claire et faisait l'objet d'une enquête par les agences municipales, étatiques et fédérales. Mais Stephen Kaplan, propriétaire de Reliance Construction Group travaillant sur le site, a déclaré à l'Associated Press qu'un morceau d'acier était tombé et avait cisaillé l'une des poutres retenant la grue au bâtiment.

Un ouvrier du bâtiment au 15e étage, Ismael Garcia, a déclaré avoir vu quelque chose tomber et heurter une ou plusieurs des poutres, affaiblissant ou cassant les connexions. « Du coin de l'œil, j'ai vu un morceau tomber », a-t-il dit, puis la grue s'est éloignée.

L'effondrement s'est produit, a déclaré le maire, alors que les travailleurs tentaient de soulever la grue, augmentant sa hauteur pour permettre la poursuite des travaux au-dessus du 19e étage d'un immeuble de 43 étages. Les constructeurs avaient la permission de la ville de soulever la grue, et la grue avait été inspectée vendredi, sans qu'aucune infraction n'ait été constatée.

L'effondrement s'est produit à 14 h 22. alors que la grue, haute d'environ 22 étages et fixée par des poutres à la tour d'appartements en construction au 303 East 51st Street, à l'est de la deuxième avenue, s'est détachée de ses ancrages et s'est renversée vers le sud, à travers le bloc entre la 51e et la 50e rue, en tant que travailleurs à le site et les gens dans les gratte-ciel des pâtés de maisons regardaient, stupéfaits.

Des témoins ont parlé d'un rugissement tonitruant et de nuages ​​de fumée et de poussière alors que la grue - une flèche verticale en treillis pour sa base, surmontée d'une cabine et d'une flèche, le bras oscillant qui soulève les matériaux de construction - est tombée sur la 51e rue et sur une 19- immeuble d'appartements de plain-pied au n° 300, démolissant un penthouse et secouant l'immeuble avec la force d'un tremblement de terre.

Mike Shatzkin, un résident du 17e étage, a déclaré qu'il parlait au téléphone quand il a frappé. "Tout d'un coup, j'ai ressenti une secousse très violente, et des trucs sont tombés des murs, et ma femme a dit qu'une bombe a explosé." Après avoir découvert que leur bâtiment avait été heurté par la grue de l'autre côté de la rue, il a déclaré : « Nous nous inquiétions pour cette grue tous les jours. »

La partie supérieure de la grue - y compris la cabine et le bras oscillant étendu - s'est détachée de la flèche, qui était restée appuyée contre la façade, et s'est précipitée vers le sud à travers le pâté de maisons en direction de la 50e rue, dégringolant dans les airs, ont déclaré certains témoins.

La cabine bleue et la flèche blanche de la grue, elle-même un treillis d'acier, ont frappé directement une maison de ville de quatre étages au 305 East 50th Street, une structure en stuc moderne avec des appartements à l'étage et un bar appelé Fubar au rez-de-chaussée. The building, on the north side of 50th Street, was demolished.

The bar was not open, and the owner, John P. LaGreco, who had been the proprietor for a decade, said that Juan Perez, 38, a Queens resident and the father of three children, was in Fubar at the time, preparing to open about 4 p.m.

Mayor Bloomberg said one or two people were in the building at the time. The fire commissioner, Nicholas Scoppetta, said that a man, apparently referring to Mr. Perez, was taken alive out of the collapsed town house shortly before 6 p.m. He said there had also been reports of a woman in the building, and search efforts continued late into Saturday night.

In addition to the collapsed town house, the toppling crane jib sheared away the side of a six-story gray tenement building at 301 East 50th, just to the west, exposing tiers of apartments and haunting images of shattered homes: a pink suitcase dangling from the sixth floor, a mattress, a rack of shoes, broken bookshelves.

Debris also damaged buildings on the south side of 50th Street, and bricks demolished parked cars — a dark blue BMW flattened, a Mini Cooper battered with debris.

In the immediate aftermath of the collapse, stunned people rushed into the streets from restaurants and shops, from apartment buildings in the surrounding blocks, many of them unaware of what had happened and fearing the worst.

Within minutes, an armada of fire engines, police cars, ambulances and other emergency vehicles converged on the scene. Water from broken mains was gushing into the street, and an odor of gas was in the air. City and Consolidated Edison workers quickly moved in to cap the leaks and prevent explosions. Throughout the afternoon and evening, traffic was blocked off for blocks around the site.

Some residents of the area saw or heard the collapse from their apartments. Bruce Silberblatt, a retired building contractor who lives at 860 United Nations Plaza, said: “I heard this big double bang. Claquer! Then, bang! The first bang must have been the crane hitting the first building, then the second must have been everything else going into the street.”

Scores of evacuated residents from at least a half-dozen damaged or imperiled buildings were offered shelter at the High School of Art and Design, at 228 East 57th Street, the mayor said.

A Fire Department spokesman said that 13 people were injured and taken to area hospitals. Three had critical injuries and two were listed in serious condition, while the rest, including five firefighters, had minor injuries. Four other people were treated at the scene, the spokesman said.

Mayor Bloomberg identified the site’s principal developer as James P. Kennelly, a former firefighter, and the construction company as RCG, an apparent acronym for Reliance Construction Group. He said the crane owner was the New York Crane & Equipment Corporation. The manufacturer, he said, was an Australian company known as Favco, which makes a tower crane with an eight-ton lifting capacity.

“There are no words to describe the level of devastation we feel today as a result of this tragic event,” Mr. Kennelly said in a statement. While the mayor and other city officials said that there had been a relatively small number of violations issued against the construction site in the more than two years since work began, many residents questioned the safety record at the building site.

“We had been very unhappy with the way he was doing his work,” said Mr. Silberblatt, a member of the Turtle Bay Association, a civic group. He cited debris in the streets, a lack of a sidewalk bridge, and other faults.

According to records from the New York City Department of Buildings, the agency has issued 14 violations against contractors doing work at the site, 10 of them against RCG. The citations were issued between Jan. 17, 2006, and Feb. 8 of this year. The violations included failure to safeguard the public and property and failure to provide roof protection on adjacent property.

A Buildings Department spokeswoman, Kate Lindquist, said that of the 14 violations, 13 remained “open” — meaning that a court date is pending or the company did not appear at a scheduled court hearing and the violations are in default status.

Ms. Lindquist said that Buildings Department inspectors performed an inspection of the site Saturday morning in preparation for predicted high winds. Upon inspection, she said, a partial stop-work order was issued to halt all concrete operations at the site. The order was issued because inspectors found material stored too close to the building’s edge on several floors. The order did not apply to the extending of the crane, which was under way at the time of the accident, she said.

The last major crane collapse at a construction site in New York occurred in September 1999, when a 383-foot crane fell at 24th Street and the Avenue of the Americas, crushing a carpenter and injuring three other people.


Velours noir

Guinness is Ireland's most famous beer internationally. Many drinkers enjoy the dark stout and it is surprisingly useful in food recipes. When you crave a "pint of the black stuff" but want to lighten it up, make a black velvet. With no mixing involved, the 19th-century recipe simply pours chilled stout and Champagne into a flute. The dueling tastes accent each other very well and it's a fantastic way to toast any celebration.


Spine-Chilling Cocktails From Beyond

Just because we grow to love Halloween as children doesn’t mean we can’t still love this holiday as adults. And there’s no better way to liven up a party than with liquor. Whether you are donning devil’s horns, a white sheet or fangs this Halloween, we’ve got a cocktail that’ll send chills up your spine!

Vampira (Courtesy of Piedra Azul)
La glace
1 ½ ounces Piedra Azul Blanco (100% Blue Agave)
1 ounce Clamato
1 ounce freshly squeezed lemon juice
Mexican Squirt of other Grapefruit Soda
Lemon wheel or wedge garnish

Fill a 10-ounce glass with ice. Scatter salt on the ice, then pour in the tequila, hot sauce, Clamato, and lemon juice. Top up the glass with grapefruit soda and stir gently. Garnish with lemon and serve immediately.

Cointreau Masque (Courtesy of Cointreau)
2 oz. Cointreau
1 once Jus de citron frais
2 traits d'Angostura Bitters
Pumpkin Spice Sugar (for rim)*

Shake Cointreau, lemon, and bitters with ice. Strain into a pumpkin spice rimmed cocktail
un verre. Garnir avec un zeste de citron. *Pumpkin spice sugar is made by mixing ½ cup sugar with 1 tablespoon pumpkin spice.

EFFEN Pumpkin Patch Fizz (Courtesy of David Nepov, Effen Vodka)
2 parts EFFEN Vodka
1 part Lemon Juice
1 part Cinnamon Syrup
2 parts Club Soda

Add all ingredients, except soda, to a cocktail shaker over ice and shake. Strain and pour into a tall glass with ice. Top with club soda and garnish with orange wheel in the glass.

Magie noire (Courtesy of Andrea Correale)
1/4 cup ice
1/2 tasse de jus d'orange
1 1/2 once black vodka
1/2 once triple sec
Orange Wedge for Garnish

In a cocktail shaker, add orange juice and triple sec over ice. Shake well, and strain into a glass. Using the back of a spoon, pour the black vodka slowly into the glass so that the vodka sits atop the OJ & Triple Sec mix. Carefully dip one edge of the orange wedge into the vodka for a spooky presentation, and sit the wedge on the rim of the glass. Servir!

Poison Apple (Courtesy of American Harvest)
1¾ parts American Harvest
¾ part Grand Marnier
1 part apple cider

Combine all ingredients in a shaker with ice and shake well. Strain into a chilled cocktail glass and garnish with an apple slice.

Ghostly Brew (Courtesy of Gekkeikan Sake)
2 Parts Gekkeikan Nigori Sake
2 parts pear nectar
½ parts cinnamon syrup

Combine all the ingredients in an ice-filled shaker and shake vigorously. Strain into a rocks glass filled with fresh ice.

Hornitos Not Just Any Potion (Courtesy of Hornitos Tequila)
1.5 parts Hornitos Plata Tequila
2 parts Lime Juice
1 part Simple Syrup
1/2 part Raspberry Puree
1 part Vanilla Liqueur

Shake and pour ingredients into a cocktail glass half rimmed with a thick layer of black lava salt. Garnish with 2-3 chocolate/salt covered raspberries.

The Witches’ Brew (Courtesy of Maker’s Mark)
2 parts Maker’s Mark Bourbon
2–3 large blackberries
1/2 parts DeKuyper Razzmatazz Schnapps Liqueur
2 parts ginger ale

Muddle 2 or 3 large blackberries in an Old Fashioned glass with a splash of Razzmatazz Schnapps Liqueur. Add in equal parts Maker’s Mark Bourbon and ginger ale. Remuer doucement. Top off with ice.

Cruzan Haunted Cinn (Courtesy of Cruzan Rum)
1 1/2 parts Cruzan Velvet Cinn
1 part Cruzan Aged Dark Rum
1/2 parts DeKuyper Blood Orange Liqueur
Float DeKuyper Hot Damn! Liqueur
Flamed Orange Zest

Combine Cruzan Velvet Cinn, Cruzan Aged Dark Rum & Blood Orange Liqueur in a tumbler over ice & stir for 15 seconds. Strain into a chilled martini glass. Float a small amount of DeKuyper® Hot Damn! Liqueur on top & finish with a flamed orange zest.

German Ghoul (Courtesy of Barenjager Honey)
1½ parts Bärenjäger Honey & Bourbon infused with cinnamon*
¾ part fresh lemon juice
1 part apple cider

Shake all ingredients with ice. Strain into a chilled cocktail glass. *To infuse the Bärenjäger Honey & Bourbon simply add 4 cinnamon sticks to 1L of Bärenjäger Honey & Bourbon 24 hours before use.

Dracula’s Kiss (Courtesy of Porton Pisco)
1 part Portón Pisco
1 part Drambuie
1/4 part Campari
1/4 part lime juice

Shake Portón, Cointreau, lime and cranberry juice in shaker over ice. Filtrer dans un verre à martini réfrigéré. Garnir de zeste de citron.

Cider House Ghouls (Courtesy of Kah Tequila)
A dash of ground cinnamon
1.5 oz Kah Blanco Tequila
1.5 oz Fresh apple cider
.5 oz Club soda
.5 oz Fresh lemon Juice
.5 oz Simple syrup (one part sugar, one part water)

Sauza Candy Corn Margarita (Courtesy of Sauza Tequila)
3 parts Sauza Blue Silver 100% Agave Tequila
4 parts Orange or Clementine Soda
4 parts Light Beer
1 1/2 parts Orange Liquor
1/2 can Frozen Limeade

In a pitcher combine all ingredients. Chill and serve on a plate filled with candy corn in glasses rimmed with orange sugar. (Serves 4)

Blood and Sanguinello (Courtesy of Glenfiddich)
3 parts Glenfiddich 12 Year
3 parts Solerno
3 parts Lillet Rouge
2 parts fresh pink grapefruit juice
1 part fresh lemon juice
4 Luxardo Maresca cherries
1/2 egg white 2 dashes Regan’s orange bitters

Muddle cherries in the bottom of a mixing glass. Dry shake all ingredients in a cocktail shaker, then add ice and shake well again. Fine strain into a chilled coupe glass and garnish with a spiral of orange zest.

Heebie Jeebies (Courtesy of Zachary Henry, Next Door Lounge)
1.75 oz. The Black Grouse
.25 oz. Velvet Falernum
.75 oz. Jus de citron
.5 oz. Sirop simple
.25 oz. Egg White
Yellow Chartreuse Rinse

Dry shake first five ingredients together, then shake with ice and strain into a Yellow Chartreuse rinsed-coupette glass. Garnish with an Angostura Bitters “branded” star.

Piña Ghoul-ada (Courtesy of Skinnygirl)
Skinnygirl Piña Colada
“Blood” garnish
3 tablespoons corn syrup
1/4 teaspoons red food coloring

Pour the corn syrup in a shallow bowl and add a few drops of red food coloring. Stir with a toothpick to combine. Hold a glass by the stem, dip rim into the syrup mixture, and turn glass, coating entire rim. Turn the glass upright, allowing mixture to drip down sides. Repeat for desired number of glasses. Pour chilled Skinnygirl Piña Colada into prepared glasses, serve and enjoy!

Cavalier sans tête (Courtesy of Harding’s)
2 oz. candy corn infused bourbon
3/4 onces. sirop d'érable
1/2 once jus de citron
1/2 once jus de pamplemousse
1 blanc d'oeuf
1 bâton de cannelle
Pumpkin pie spice rim

Combine all ingredients and shake without ice until egg white foams. Add ice, shake again, and double strain. Serve in a coupe champagne glass with a pumpkin spice rim. Garnish with a cinnamon stick.

Halloween Magic Potion (Courtesy of Hotel Principe di Savoia)
1 once liquorice liqueur
2 oz. lemon vodka
1 once vanilla syrup

Blood Orange Habanero Margarita (Courtesy of Maya)
1 once 100% Agave Tequila Reposado
1 once house sour mix
1 once habanero-blood orange syrup (*recipe below)
Wedge of lime for garnish
*2 pints blood orange juice
*1 whole habanero pepper

Mix all ingredients into a mixing glass, then add ice and shake vigorously. Garnish glass with a rim of store-bought mole negro sauce or ground chiles and a lime wedge. *For habanero syrup: Reduce at medium-high heat until thickened into a syrup. Remove habanero before combining with other cocktail ingredients.

Chaleur blanche (Courtesy of W New York – Downtown)
1,5 once Stoli Citron
0.5 oz. Coconut Syrup
0.5 oz. Jus de citron
0.5 oz. Grapefruit Juice

Devilish Manhattan (Courtesy of Crave Liqueur)
1 ½ parts JDK & Sons Crave Chocolate Chili Liqueur
1 part Red Stag

Combine all ingredients in a shaker filled with ice. Shake vigorously and strain into a martini glass.

Killer Candy Corn (Courtesy of Cheri Loughlin, Camarena Tequila)
1 once Camarena Reposado Tequila
1/2 once Butterscotch Schnapps
1/2 once Crème de Cacao
2 oz. Fresh Orange Juice
1 teaspoon Dark Cocoa
4 pieces Candy Corn

Rim a martini glass with orange juice then cocoa powder. In a shaker, add tequila, butterscotch schnapps, crème de cacao and orange juice. Add ice and shake well. Strain into prepared martini glass. Garnish with a toothpick of candy corn.

Hocus Pocus Punch (Courtesy of Skinnygirl)
1 bottle Skinnygirl Sangria
1 blood orange, sliced into wedges
1 red apple, halved and thinly sliced
Black licorice for garnish

Combine all ingredients into a large pitcher. Add ice.Chill for at least 30 minutes to set. Garnish with licorice wand and enjoy! * Makes six servings

Graveyard Gruel (Courtesy of Courvoisier)
1.25 parts Courvoisier VSOP
.75 parts DeKuyper Rootbeer Schnapps
1 part Pineapple Juice

Shake all ingredients with ice and strain into a chilled cocktail glass. Garnir d'une cerise.

Fantôme d'argent (Courtesy of Cheri Loughlin, Shellback Rum)
1 1/2 ounces Shellback Silver Rum
3/4 ounce White Chocolate Liqueur
1/2 ounce Cream of Coconut
2 ounces Half & Half
Shredded Coconut for Garnish

Mélanger les liquides dans un shaker avec de la glace. Agiter pour mélanger et refroidir. Strain into chilled cocktail glass. Garnish with shredded coconut on top.

Fiery Eyeballs (Courtesy of Andrea Correale)
1 once jus d'ananas
1 once du jus d'orange
1/2 once eau-de-vie à la pomme
2 oz. light rum
2 oz. dark rum
1 once jus de citron vert
1/2 oz grenadine
1 once 151 Rum

Chill mixing glasses with ice. Remove the ice and add the juices, brandy, and the light and dark rums. Prepare glass by pouring grenadine around inside of rim and letting it bleed down along the glass. Carefully pour the contents of the mixer into a Tuscany Classics Crystal Martini Glass By Lenox. Float the 151 rum and grenadine. Light the cocktail with a wooden match.

Wicked Love (Courtesy of Crave Liqueur)
1 part JDK & Sons Crave Chocolate Chili Liqueur
1 part Jim Beam Devil’s Cut Bourbon
1 part Cream

Combine ingredients in a mixing glass over ice and shake. Strain into a chilled cocktail glass.


Diners Are the Bad Boys We Aren't Supposed to Love

Welcome to Epicurious' "Cook Like a Diner" series, where we obsess about our love for the simple, iconic, super-crunchy pleasures of diner food—and figure out how to make those classic dishes at home.

Walk into a diner and sniff. You won't mistake its aroma for that of a French bakery, a chocolatier, or a waterfront picnic caressed by ocean breezes. No, the smell is bacon sputtering, its provocative pork fragrance coiling with the potent perfumes of Bunn-O-Matic coffee and onions on the flattop grill, frying limp. In a culinary world where eating light is exalted and pretty plates of fair-trade, locally sourced, health-conscious food get maximum likes on Instagram, the classic American diner is a swaggering outlaw.

From their beginnings in the late 1800s as horse-drawn lunch wagons patronized by factory workers, diners were famous for proletarian eats and bad manners.

From their beginnings in the late 1800s as horse-drawn lunch wagons patronized by factory workers, diners were known for proletarian eats and bad manners—the opposite of a ladies' tea room where meals were comely and civility reigned. They were banned in Buffalo, New York, and Atlantic City because of the disreputable characters their late-night hours attracted. Many early diners were made from beat-up and abandoned trolley cars, and their reputations were just as battered.

But in the 1920's, a manufacturer named Patrick J. "Pop" Tierney improved diners' social standing by building them from scratch rather than from decrepit trolleys. Jerry O'Mahoney diners, manufactured in Bayonne, New Jersey, featured stained glass windows that included the watchwords, "Pure Food, Cleanliness, Quick Service, and Popular Prices." Named in the 1920s after their resemblance to railroad dining cars, diners began to develop a reputation as decent places where an average Joe could find a meat-and-potatoes square meal at a fair price. Meatloaf and mashed potatoes, liver and onions, bacon and eggs—these became standard menu items, along with pie and coffee. Nobody ever went to a diner to diet or to eat fashionable food.

Elegant railway dining cars like this one were an inspiration for diners.

My ex-wife Jane and I first came to like them because we were poor and they were cheap the first time a waitress called me “Hon,” I was hooked. No one thought much about the food in diners then (much less drive-ins or dives). But considering that we felt like renegades of the food world when we published Roadfood in 1977, we felt right at home.

Diners also became known as bastions of democracy, so different from snooty, class-conscious restaurants. How well I remember back when Jane and I first hit the road, Becky Rand of Becky's Diner on the docks in Portland, Maine, explaining, "Side by side at my counter sit fishermen and captains of industry, college professors and paranoid schizophrenics. They talk to each other and they talk to those who work here. We are all family." This is why campaigning politicians so often stage photo ops in diners: it's evidence they relate to the masses.

A vintage diner, ready for hungry customers and unsavory characters.

Many years ago, a U.S. Senator invited Jane and me to join him at his favorite diner. He thought we would like it and thought it would be good for him to be seen there. When we arrived, we were shocked to find the place half-empty. Customers were all women, not a man in sight—at the counter or in the kitchen. We were told that it was the first day of deer hunting season. For the proprietor and for the men of town, bagging venison was WAY more important than the visit of a U.S. Senator and writers from Gourmet magazine. We love diners’ priorities!

Whatever the diner's wholesome populist appeal, popular culture revels in its dubious atmosphere and focuses on nefarious (or at least ill-mannered) customers. The gangster movie Little Caesar (1930) showed Edward G. Robinson plotting his rise to underworld domination while eating a ham sandwich on a diner stool in Ange déchu (1945), Linda Darnell, playing a waitress, perfected the arts of snapping gum and sassing customers. Beat-generation writer Jack Kerouac opens his novel Visions of Cody with a dizzying description of a diner where the counter bears "knife marks and scars and something suggesting decades of delicious greasy food," and where the smell "makes the guts of men curl in October." Tom Waits' lower-depths song "Eggs and Sausage" describes Emma's 49er, a diner that is a "a graveyard charade, a late shift masquerade." Oliver Stone's Natural Born Killers begins in a diner Quentin Tarantino's Pulp Fiction begins and ends in one and the last fateful time we see Tony Soprano, he is eating in a New Jersey diner booth.

Diners were more than a place to eat. They were a way of life.

Blunt, uncouth Americana was in vogue in the 1970s, as the nation was fascinated by Jimmy Carter's rural Georgia family, the trucker/CB radio phenomenon, and TV shows like "All in the Family" and "Laverne and Shirley." In 1976 Jane and I convinced Random House that Roadfood, a guidebook to diners and dives, was a worthwhile project. Sure enough, diners were becoming cool in a way they had never been before. Martin Scorsese's Alice Doesn't Live Here Anymore (1974) begat TV's long-running blue-collar sitcom "Alice," set in a diner.

As diners were being rediscovered for their plebeian charms, some underwent a strange culinary makeover as an attempt to make them relevant to gastronomic fashion. In 1976, the Empire Diner opened in what used to be the funky old Manhattan Diner on 10th Avenue in New York, pioneering an "upgraded" diner concept and offering candlelight, wine list, and an inventive menu. In San Francisco in 1985, the Fog City Diner made its debut just off the Embarcadero. It had vintage neon-and-chrome décor, but chef Cindy Pawlcyn's menu offered the likes of red curry mussel stew and tahini chicken salad. In 2008, James Beard award-winning chef John Currence opened Big Bad Breakfast in Oxford, Mississippi, a diner that combines the old-fashioned (cheese grits) and the fancified (pain perdu French toast).

Classic "dining-car" diners still exist. You just need to look a little harder to find one like Summit Diner in New Jersey.

But despite those upscale riffs on hash house cuisine, the renegade appeal of real diners cannot be denied. They still whisper to us, giving us permission to savor the simple, profligate pleasures of bacon cheeseburgers gobbed with mayo and four-egg omelets with well-lubricated hash browns. They help us defy culinary correctness with food that's too unadorned (and too unhealthy) to be found in most restaurants. Within those chrome-plated walls, you can savor food that's so stripped-down and simple, its quality is almost assured. Only in a diner (or the privacy of your own home) can you come as you are and eat what you like, nutrition nannies be damned. And that's why, long after Edward G. Robinson's reign, diners remain.


Champagne cocktails are a festive and fun way to welcome the New Year. You’ll already have some bubbly on hand, so here are a few ways you can fancy it up for 2012:

    Mort dans l'après-midi — Absinthe and champagne, a simple and sophisticated combo
    Sparkling Hibiscus Champagne Cocktail — Drop a hibiscus flower into your Champagne for a beautiful presentation and light floral flavor
    Lemon Herb Sparkler — Galliano liqueur and Meyer lemons

Cullen Cocktails: Toast To Twilight!

Midnight on November 18th marks the long-awaited premier of The Twilight Saga: Breaking Dawn – Part I. For those of you who haven’t guessed, I have a bit of a vampire fetish. I will admit that I watch Vrai sang et Le journal des vampires. I even loved that canceled series clair de lune. And, yes, I really love Twilight. I’ve read all the books multiple times (that isn’t saying much as they are an &hellip Read more

Halloween Punch Recipes

Don’t get stuck behind the bar at your Halloween party! Grab that punch bowl, mix up one of these and you’re set.

Here are devilish punch recipes that will satisfy your cocktail needs while letting you enjoy the night:

    Bloody Rum Punch
    Spirited Punch
    Jack-o-Lantern Punch
    Vampire’s Punch
    Witch’s Brew
    Flaming Tiki Pumpkin Punch
    Italian Halloween Punch
    Bloody Black Currant Punch
    Wicked Apple Punch
    Dragon Blood Punch

Even more Halloween Punch Recipes!&hellip Read more

Red, White and Blue Drinks for 4th of July

Independence Day is coming up, and what better way to celebrate it than to serve up some red, white and blue cocktails at your barbecue or block party?

Serve these cocktails (at least one from each “color”) and show your patriotic side!

Americano – Refreshing, sparkling cocktail that include Campari and sweet vermouth

Strawberry Ginger Martini – Fruity vodka cocktail with a bit of spice from ginger liqueur